pixel facebook analytics
cFactuel vit ses derniers instants... Le 1000è sujet sera publié le 2 février, et sera le dernier :( Merci à tous de nous avoir suivis !
Mot de passe oublié ?
Se connecter via Facebook
Pas encore de compte ? S'inscrire gratuitement
CONNEXION EN COURS
Afin de pouvoir vous connecter, vous devez au préalable confirmer votre adresse email en cliquant sur le lien présent dans l'email d'activation que nous vous avons envoyé suite à votre inscription.
Vous ne retrouvez pas cet email ? Cliquez ci-dessous pour le recevoir à nouveau. Et pensez à vérifier dans vos spams !
renvoyer l'email d'activation
Ajouter ce contenu à vos favoris
Printemps arabe : 7 ans après, quel bilan ?
19 Janvier 2018
Voir la retranscription

Printemps arabe : 7 ans après, quel bilan ?

Il y a 7 ans, après un mois de révolte, la population tunisienne mettait à terre le régime de Ben Ali, au pouvoir depuis 1987.

A l’origine de ces événements qui feront 338 morts, le suicide d’un marchand de fruits et légumes dans le centre du pays pour protester contre les brutalités policières.

Mais cette révolte, devenue la révolution du Jasmin, ne se limitera pas à la Tunisie. Très rapidement, c’est l’ensemble du monde arabe qui fait face à des revendications de liberté et de démocratie : c’est le “printemps arabe”.

Regardons une carte pour constater l’ampleur du mouvement. Déclenché en tunisie, le printemps arabe va ensuite se propager en Egypte, au Yemen, à Bahreïn, à la Libye et à la Syrie.

C’est dans ces pays que les mouvements seront les plus importants et les plus violents. Tous vont entraîner la chute des régimes en place. Tous, sauf la Syrie où la révolte s’est muée en guerre civile. Le bilan y est aujourd’hui de près d’un demi-million de morts.

Mais le printemps arabe ne se résume pas à ces 6 pays. C’est bien tout le monde arabe qui est touché. Mais les manifestations ne se transformeront pas partout en révolution. Au Maroc, en Jordanie, au Koweit et à Oman, des réformes sociales et constitutionnelles permettront de calmer les revendications populaires.

En Irak, au Liban ou en Algérie, le mouvement s’est transformé en contestation larvée. Pour ces trois derniers pays, des conflits sanglants récents ont pu dissuader les populations de prendre le risque d’une révolution.

Mais 7 ans après cette formidable poussée de liberté et de démocratie, les résultats sont plutôt maigres…

Aujourd’hui, le printemps arabe, synonyme de démocratie et de volonté populaire, a laissé la place à un automne difficile, synonyme lui de guerre, d’islamisme et d’exode. Mais si le bilan est contrasté, il ne doit masquer le succès de la transition tunisienne… là où tout avait commencé.

SOURCES :

Franceinfo, Sept ans après la chute de Ben Ali, "il n'y a pas eu de révolution dans la redistribution des revenus" en Tunisie, 14 janvier 2018

Jeune Afrique, Géopolitique : les 7 printemps des révolutions arabes, 27 septembre 2017

RFI, Cinq ans après, où en sont les pays des printemps arabes ? 14 janvier 2016

Wikipédia, Printemps arabe

Le Monde, Syrie : 465 000 morts et disparus, en six ans de guerre, 13 mars 2017

Réduire
Partager ce contenu via facebook Partager ce contenu via twitter Partager ce contenu sur google plus Partager ce contenu sur LinkedIn Épingler ce contenu Partager ce contenu par email
Ça vous a plu ? Envie d'accéder à tous nos contenus, sans limite ?
DEVENEZ PREMIUM !
TESTER UN MOIS GRATUITEMENT

Dans la catégorie "vidéos"


Vos réactions


PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 21/01/2018 à 10h51
Il n'y a pas de son. Cette video m'intéresse grandement mais IL N'Y A PAS DE SON
PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 21/01/2018 à 10h56
Bonjour
Il y a bien du son sur la vidéo. Votre smartphone doit être en silencieux ? (Sur notre appli, le mode silencieux coupe le son de la vidéo)
Bon dimanche !