pixel facebook analytics
cFactuel, le média numérique qui rend l'actu claire et captivante
Fermer
Mot de passe oublié ?
Se connecter via Facebook
Pas encore de compte ? S'inscrire gratuitement
CONNEXION EN COURS
Afin de pouvoir vous connecter, vous devez au préalable confirmer votre adresse email en cliquant sur le lien présent dans l'email d'activation que nous vous avons envoyé suite à votre inscription.
Vous ne retrouvez pas cet email ? Cliquez ci-dessous pour le recevoir à nouveau. Et pensez à vérifier dans vos spams !
renvoyer l'email d'activation
Ajouter ce contenu à vos favoris Commenter ce contenu
8
Partager ce contenu via facebook Partager ce contenu via twitter Partager ce contenu sur google plus Partager ce contenu sur LinkedIn Épingler ce contenu Partager ce contenu par email
Terres rares : le défi de la transition énergétique
29 Août 2017
Terres rares : le défi de la transition énergétique - Une infographie cFactuel Voir la retranscription
Réduire
Ça vous a plu ? Envie d'accéder à tous nos contenus, sans limite ?
DEVENEZ PREMIUM !
TESTER UN MOIS GRATUITEMENT

Sur le même thème


Cette semaine sur cFactuel


Dans la catégorie "Planète"


Vos réactions


PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 04/09/2017 à 23h39
Une fois n'est pas coutume, je suis (très) déçu par cet article, qui survole un sujet ultra vaste, en essayant de le simplifier à "les véhicules électriques polluent", "il faut des batteries au lithium pour pallier l'intermittence des productions renouvelables (!!!!)", "l'éolien consomme pleins de terres rares" et j'en passe... on pointe les défauts des renouvelables et des Véhicules Electriques, bien. Mais laisser penser qu'on est bloqué dans cette situation... Non ! Plusieurs solutions existent et ne sont pas données en exemple (couplage STEP/EnR intermittente, foisonnement et diversification des installations qui permettent une meilleure stabilité et prévisibilité de la production, recours au power to gas et gas to power, etc.). Par ailleurs où avez-vous trouvé que le Danemark avait besoin de batterie au lithium dans chaque maison pour stocker l'énergie des éoliennes ? L'industrie de l'électronique consomme bien plus de terres rares que la fabrication d'éoliennes, qui soit dit en passant n'ont pas toutes besoin de terres rares dans leur conception. Seules celles à aimant permanent ont besoin de neodyme (l'élément incriminé dans le cas des éoliennes), or l'un des principaux constructeurs d'éoliennes (Enercon) ne construit aucune de ses machines avec des aimants permanents, et ce n'est pas le seul ! (Source : techniques-ingenieur.fr, "Les terres rares sont-elles indispensables pour les moteurs électriques, les éoliennes et les panneaux solaires ?) En ce qui concerne les VE, je vous invite à consulter l'étude de l'ADEME "Véhicules électriques et analyse de cycle de vie" de 2013 (des progrès ont encore été faits depuis) qui compare le "potentiel de changement climatique" des VE et VThermique (2,4 fois supérieur, je vous laisse deviner pour lequel). Enfin il est vrai que le stockage électrique nomade ou de grande puissance devrait encore resté un problème pour quelques temps, mais on aura (a) des problèmes de pollution de l'air, de fuites de combustibles fossiles, d'accidents nucléaires ou rejets radioactifs (milliers de litres d'eau contaminés infiltrés dans les nappes ou déversés dans l'océan en ce moment même à Fukushima) bien avant d'avoir une pénurie de lithium ou un effet dévastateur sur l'environnement comparable à ce que le système énergétique actuel engendre déjà.
PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 05/09/2017 à 14h22
Bonjour Anthony
Comme vous l’avez vous-même constaté, le sujet est vaste. Nous n’avons pas cherché à résumer le sujet à « les voitures électriques polluent », nous avons voulu montrer à nos lecteurs que la transition énergétique n’est pas sans poser des problèmes, notamment dans l’extraction de minerais qui sont utilisés pour développer cette même transition énergétique (mais également d’autres secteurs comme la téléphonie).
Si certains raccourcis peuvent sembler limites pour un connaisseur du sujet (et je ne doute pas que vous en êtes un), ils permettent à un profane d’avoir une vue d’ensemble de la problématique.
Nous ne cherchons pas ici à faire la promotion du diesel et du nucléaire par rapport à l’électrique et l’éolien, nous souhaitons mettre en évidence les enjeux du développement de ces technologies.
Bonne Journée
Le 31/08/2017 à 23h53
Salut Gwen. Content qu'on s'accorde au moins sur les fossiles.
Intéressant débat en effet sur le nucléaire. Dans cette analyse multicritères, tout est question du poids qu'on donne à chaque critère... consommation de ressources, differents types de pollution difficilement comparable, gestion du risque/sécurité, déchets à long terme...
Personnellement je pense, même d'un point de vue purement économique, qu'investir dans les renouvelables est bien plus intéressant que dans le nucléaire. D'ailleurs, le kWh nucléaire devient plus cher que l'éolien si on prend en compte tout le cycle de vie. Quand on sait que le MWh à Hinkley Point a été négocié par EDF à £92.5 (!)
PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 29/08/2017 à 12h20
Finalement, si on imagine un fonctionnement basé intégralement sur les énergies renouvelables et leurs composants qui ne le sont pas, on a du mal à imaginer quel serait finalement l'impact sur l'environnement...
PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 29/08/2017 à 11h55
Très intéressant, merci!
PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 29/08/2017 à 09h29
Bravo de souligner que les "énergies renouvelables" s'appuient sur une industrie qui ne l'est pas du tout!!
PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 29/08/2017 à 22h50
L'impact global des énergies traditionnelles (fossiles notamment) reste tout de même bien plus important que pour la majorité des renouvelables.
Le 31/08/2017 à 08h12
Bonjour, en fait, je réponds à Séba… je suis d’accord pour les fossiles, mais pas pour le nucléaire. Les infrastructures à construire pour l’éolien et le PV sont BEAUCOUP plus volumineuses et consommatrices en ressources (non renouvelables) que le nucléaire pour la même quantité d’énergie produite : acier, béton, cuivre, terres rares, routes (pour acheminer tout ça et notamment des éoliennes de 100mètres sur des collines boisées…).
A titre d’exemple, 100% des centrales américaines sont autorisées à tourner 60 ans et il suffit d'1 gramme de combustible par an et par Français (ou Américain). Cette énergie est donc beaucoup plus “durables” du point de vue des ressources que des éoliennes construites pour 20 ans avec des terres rares.
En payant notre électricité 20% plus chère en France, on pourrait se payer de l’Uranium extrait de l’eau de mer, et donc en quantités quasi illimitées, même pour les réacteurs actuels. Mais bien sûr, aujourd’hui c’est moins cher de se le procurer dans des mines. Donc là aussi c’est “durable”...