pixel facebook analytics
cFactuel, le média numérique qui rend l'actu claire et captivante
Fermer
Mot de passe oublié ?
Se connecter via Facebook
Pas encore de compte ? S'inscrire gratuitement
CONNEXION EN COURS
Afin de pouvoir vous connecter, vous devez au préalable confirmer votre adresse email en cliquant sur le lien présent dans l'email d'activation que nous vous avons envoyé suite à votre inscription.
Vous ne retrouvez pas cet email ? Cliquez ci-dessous pour le recevoir à nouveau. Et pensez à vérifier dans vos spams !
renvoyer l'email d'activation
Ajouter ce contenu à vos favoris Commenter ce contenu
4
Participer au sondage lié à ce contenu
Partager ce contenu via facebook Partager ce contenu via twitter Partager ce contenu sur google plus Partager ce contenu sur LinkedIn Épingler ce contenu Partager ce contenu par email
SNCF : le pari européen de la libéralisation
8 Août 2017
SNCF : le pari européen de la libéralisation - Une infographie cFactuel Voir la retranscription

SNCF : le pari européen de la libéralisation

Contexte : Mercredi 2 août le trafic revenait à la normale à la Gare Montparnasse après trois jours de dysfonctionnement. La raison ? Un problème de signalisation dont l'origine a été difficile à trouver.

Avec la libéralisation du réseau ferroviaire prévue pour la décennie 2020, cela aurait-il pu être évité ?

  1. SNCF

Aujourd'hui, le groupe SNCF est divisé en différentes branches pour faire la distinction entre ses diverses activités :

Groupe SNCF :

- EPIC SNCF : Pilotage global du groupe

- EPIC SNCF Réseau (ex RFF) : Gestion, exploitation et développement du réseau ferré

- EPIC SNCF Mobilités : Transport voyageurs et marchandises

Cette séparation fait partie du plan d'ouverture à la concurrence des transports ferroviaires prévus par l'Union Européenne. Il est divisé en plusieurs étapes appelées « paquets ferroviaire »

Objectif : libre concurrence des compagnies ferroviaires sur l'ensemble des réseaux européens

Ex : la compagnie allemande Deutsche Bahn pourrait alors proposer des trajets aujourd'hui uniquement proposés par les TGV (Paris-Marseille) ou les TER (Metz-Nancy)

L’historique sur les paquets ferroviaires

1997 : Séparation de la gestion des trains et du réseau.

La libéralisation ne concernera que les transports voyageurs et marchandises. Il était donc nécessaire de séparer les différentes activités de la SNCF.

2003 : Ouverture du transport international de fret

2009 : Ouverture du transport international des voyageurs

2020 : Ouverture des lignes grandes vitesse à la concurrence

2023 : Ouverture à la concurrence des lignes TER

  1. Désintox SNCF

« L'ouverture à la concurrence permettrait, pour ses partisans, de palier les « maux de la SNCF » mais, le réseau ferroviaire français est-il si calamiteux qu'on le pense ? »

Le retard des trains de la SNCF dépend du trajet. Ils sont plus en retard sur certaines lignes que d'autres que ce soit régional ou national :

5e : c'est le positionnement de la France dans le classement européen des pays aux tarifs ferroviaires les plus chers avec un prix moyen de 17,59€ pour 100 km.

Elle est devancée par :

Suisse (47,44€)

Royaume-Uni (23,44€)

Pays-Bas (21,86€)

Belgique (20,54€)

Cela dépend des lignes. C'est souvent sur les lignes régionales que se pose ce problème.

Par exemple en Provence-Alpes-Côte-D’azur l'axe Cannes-Nice est le plus fréquenté de France après la région parisienne avec un taux d'occupation supérieur à 85%.

  1. Les enjeux de la libéralisation

« En ouvrant les lignes régionales et nationales à la concurrence, l'objectif est de baisser les coûts du transport, mais également d’offrir un meilleur service aux voyageurs. Cela a-t-il fonctionné ailleurs en Europe ? »

Dans plusieurs pays, la libéralisation du transport ferroviaire a provoqué une baisse des prix pour les usagers… mais pas partout !

L’offre de transport restera-t-elle la même malgré cette libéralisation ? Pas sûr…

Le nombre de passagers a augmenté mais pas le nombre de trains…

- Sur ce point-là, la desserte est un enjeu fort, puisque les petites gares, peu rentables, risquent de fermer, laissant des zones périurbaines ou rurales à l'abandon…

Le coûteux entretien des lignes pâtira-t-il de l’optimisation des coûts pour les sociétés concurrentes qui fera suite à la libéralisation ?

La SNCF devra donc être attentive à plusieurs éléments lors de l'ouverture de ses lignes à la concurrence, notamment concernant la desserte, la sécurité du réseau ferré et enfin la cogestion des lignes entre les différentes sociétés pour éviter des perturbations et donc des retards…

Sarafina Spautz

Réduire
Ça vous a plu ? Envie de soutenir le développement d'un média indépendant ?
DEVENEZ PREMIUM !
TESTER UN MOIS GRATUITEMENT

Sur le même thème


résultats du sondage
286 participants

À propos des enjeux de la libéralisation du transport ferroviaire, seriez-vous prêt à sacrifier l'accessibilité (moins de petites gares desservies) pour observer une baisse des prix ?

Oui
20%
Non
75%
Je n'ai pas d'opinion
5%

Cette semaine sur cFactuel


Dans la catégorie "Économie"


Vos réactions


PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 12/08/2017 à 22h30
Content de revoir Maestro et l'afficheur de date...
PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 08/08/2017 à 23h41
Autant pour moi, c'est très clair en relisant.
PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 08/08/2017 à 07h58
Pourquoi la Suisse est positionnée première avec un coup à 44€?
PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 08/08/2017 à 08h58
C'est vrai que la notion de "premier au classement" est habituellement connotée positivement, mais là nous avons fait un classement des pays les plus chers pour le train... Or, la Suisse est bien le pays européen où cela coûte le plus cher de prendre le train (bien plus cher qu'en France !).