pixel facebook analytics
cFactuel, le média numérique qui rend l'actu claire et captivante
Fermer
Mot de passe oublié ?
Se connecter via Facebook
Pas encore de compte ? S'inscrire gratuitement
CONNEXION EN COURS
Afin de pouvoir vous connecter, vous devez au préalable confirmer votre adresse email en cliquant sur le lien présent dans l'email d'activation que nous vous avons envoyé suite à votre inscription.
Vous ne retrouvez pas cet email ? Cliquez ci-dessous pour le recevoir à nouveau. Et pensez à vérifier dans vos spams !
renvoyer l'email d'activation
Ajouter ce contenu à vos favoris
Le combat des chefs
21 Juillet 2017
Voir la retranscription

Le combat des chefs

Sans précédent. Le président de la République devait recevoir aujourd’hui son chef d’état major des armées. Cette convocation à l’Elysée promettait d’être mouvementé. Le général Pierre de Villiers, premier militaire de France a finalement annoncé, le 19 juillet, sa démission. Une première depuis 1961.

Mais que s’est-il passé ?

Depuis 10 jours, nous assistons à un véritable combat. Le général a critiqué le budget de l’Armée… ce qui n’a pas été du goût du président qui, lui non plus, n’a pas retenu ses coups.

Ces tensions ont commencé avec l’annonce, par Gérald Darmanin, que l’armée allait devoir assumer seule l’addition (850 millions d’euros) des opérations extérieures au Sahel et en Irak. Normalement, cette dépense devait être répartie entre tous les ministères.

Le 12 juillet, le chef d’état major a protesté devant la commission de la défense de l’assemblée nationale. [LAISSER UN BLANC]

Des mots pas très … protocolaires.

Le lendemain, riposte du chef de l’Etat au ministère de la Défense et déclare, je cite: « Je considère qu’il n’est pas digne d’étaler certains débats sur la place publique. »

[LENTEMENT]Enfin, le 15 juillet dans la presse Emmanuel Macron enfonce le clou…

Pour beaucoup, le chef d’état major des armées était dans son rôle, en défendant le budget de la défense.

Concrètement, il est l’homme au sommet de la hiérarchie militaire. En dessous on trouvera des chefs d’état major pour l’armée de terre, la marine, l’air et la gendarmerie. Chacune des quatre hiérarchies se développant jusqu’au simple soldat.

Le chef d’état major des armées assure le commandement des opérations militaires, c’est-à-dire que, concrètement, Il conseille le président et le ministre de la Défense et transforme la volonté politique en réalité militaire.

Quand le général De Villiers est reconduit dans ses fonctions le 1er juillet, il peut s’appuyer sur les déclarations du candidat puis président Macron d’augmenter le budget de la Défense

En baisse depuis 1982, il est passé de 3% du PIB à 1,5%. Soit, en 2016, 42,5 milliards d’euros dont 8 milliards pour les retraites des militaires, 17 milliards pour le renouvellement des équipements ou 3 milliards pour la dissuasion nucléaire.

Mais face à la mobilisation à l’étranger (Barkhane, Chamal) comme en France (Sentinelle), l’armée française est, selon beaucoup de hauts gradés, en surrégime et pourrait ne plus pouvoir répondre aux sollicitations du pouvoir.

D’où, peut être… la surchauffe du premier d’entre eux… le chef d’état major qui a finalement rendu les armes.

Sources

RTL, Emmanuel Macron donne un nouvel avertissement au chef d'état major des armées, 16 juillet 2017

Huffpost, Entre Emmanuel Macron et Pierre de Villiers, son chef d'état-major, l'histoire d'une rupture en cinq actes, 16 juillet 2017

Le Monde, Une crise majeure ouverte entre Macron et l’armée, 17 juillet 2017

La Tribune, Défense : les trois énormes défis budgétaires de Florence Parly, 30 juin 2017

Ministère de la Défense, Les chiffres clés de la Défense édition 2016

Réduire
Partager ce contenu via facebook Partager ce contenu via twitter Partager ce contenu sur google plus Partager ce contenu sur LinkedIn Épingler ce contenu Partager ce contenu par email
Ça vous a plu ? Envie de soutenir le développement d'un média indépendant ?
DEVENEZ PREMIUM !
TESTER UN MOIS GRATUITEMENT

Cette semaine sur cFactuel


Dans la catégorie "vidéos"


Vos réactions


PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 21/07/2017 à 15h38
Itbalesi à tout dit.
PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 21/07/2017 à 12h00
Si la France garde un tant soit peu d'autonomie et d'influence sur la scène internationale c'est pas grâce à la puissance de son économie ( dérisoire ) mais grâce à sa capacité d'intervention militaire.

Mais continuons à tailler dans le budget des armées continuons à réduire les dépenses de l'Etat laissons les gens se payé des milices privées, des écoles privées, des hôpitaux privés etc etc. Quel beau monde que voilà. Hâte de voir mon pays et ses principes fondamentaux balayé par le libéralisme ultra libéral qui nous permettra à tous de vivre heureux dans une société où seules les puissantes familles capitalistes détiennent l'ensemble des ressources et concentrent l'ensemble des pouvoirs. Ne laissant que des salaires de misères aux petits gens mal éduqués et en mauvaise santé qui ne gagneront qu'assez pour survivre.
PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 21/07/2017 à 12h05
Et le meilleur dans tous ça c'est que le peuple l'aura demandé.

Le peuple aura acclamé les macron et Cie, venu pour sauver la France en réduisant courageusement les déficits.

En envoyant nos jeunes risquer leurs vies avec des équipements obsolètes et sans être payés... Risquer leurs vies pour défendre des idéaux sur lesquels les ultra libéraux s'essuient les pieds.
Le 21/07/2017 à 10h21
Le déficit budgétaire augmente chaque année, Macron prend le taureau par les cornes (Fillon voulait faire pire !)
Il n'y a pas de guerre sans victime et alors ?
Tous les ministères seront à la diète, tous peuvent faire valoir des arguments tout aussi valables que l'Armée.
Les gouvernements précédents ont toujours écouté les uns et les autres et c'est pourquoi on en est là.
PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 21/07/2017 à 11h50
Sauf que l'une des promesses de campagne de Macron était d'augmenter le budget des armées, pour le faire passer à hauteur de 2% du pib.

Mensonge.

De plus ce dont les gens n'ont pas conscience c'est que les armées n'avait déjà pas le budget suffisant pour fonctionner normalement.

Les bâtiments sont insalubres et tombent en ruine, 30 à 60% de certains véhicules/aéronef sont immobilisés depuis des années faute d'argent pour les réparer et des centaines de militaires n'ont pas était payés depuis des mois voir 1 an pour certains.

La France n'a jamais été aussi présente sur les territoires extérieurs et n'a jamais été aussi mobilisé sur sont propre sol, et pourtant le budget n'a jamais été aussi bas.