pixel facebook analytics
cFactuel, le média numérique qui rend l'actu claire et captivante
Fermer
Mot de passe oublié ?
Se connecter via Facebook
Pas encore de compte ? S'inscrire gratuitement
CONNEXION EN COURS
Afin de pouvoir vous connecter, vous devez au préalable confirmer votre adresse email en cliquant sur le lien présent dans l'email d'activation que nous vous avons envoyé suite à votre inscription.
Vous ne retrouvez pas cet email ? Cliquez ci-dessous pour le recevoir à nouveau. Et pensez à vérifier dans vos spams !
renvoyer l'email d'activation
Ajouter ce contenu à vos favoris Commenter ce contenu
0
Participer au sondage lié à ce contenu
Partager ce contenu via facebook Partager ce contenu via twitter Partager ce contenu sur google plus Partager ce contenu sur LinkedIn Épingler ce contenu Partager ce contenu par email
Demain, des villes sans voitures ?
4 Octobre 2017
Demain, des villes sans voitures ? - Une infographie cFactuel Voir la retranscription

Des villes sans voiture ?

Dimanche 1er octobre, la Mairie de Paris a organisé une journée sans voiture dans toute la ville. L’objectif : Sensibiliser les habitants à la nécessité de modifier leur comportement vis-à-vis de la voiture.

Retour sur le difficile rapport entre les villes et la voiture.

B1/ Les problèmes posés par la voiture

“Élément majeur de la construction urbaine pendant des décennies, la voiture est de plus en plus pointée du doigt.”

Danger

Le transport routier en est l’une des causes principales de la pollution de l’air extérieur, qui connaît de nombreux pics.

Il entraînerait environ 48 000 décès prématurés par an.

La voiture peut être dangereuse pour les autres usagers : piétons, cyclistes…

29% des morts de la route sont en ville (1 019 en 2016).

Confort

La voiture génère des nuisances sonores.

Le trafic généré par les voitures est important.

⅓ des voitures qui circulent en ville cherchent une place de parking.

Espace urbain

La voiture prend une part importante de l’espace public en ville.

A Paris, la moitié de l’espace est occupé par la voirie et les parkings.

B2/ Les politiques mises en place

“Face à ces constats et à la demande d’une part grandissante de citoyens, de nombreuses grandes villes adoptent des politiques visant à réduire l’utilisation de la voiture sur leur territoire.”

Une conduite raisonnée

Une restriction de l’accès

Aux véhicules électriques / Aux véhicules non diesel / Aux véhicules récents…

Exemple : Stuttgart va interdire dès 2018 l’accès aux véhicules diesel

- C’est quoi la différence entre “alternée” et “différenciée” ?

- La circulation alternée permet, par exemple 1 jour sur 2, de faire circuler les immatriculations paires, puis impaires. La circulation différenciée interdit l’accès à certains types de véhicules.

Le saviez-vous ?

En France, la vignette Crit’Air a été mise en place pour classer les véhicules en fonction de leur pollution.

C’est souvent celle-ci qui est utilisée dans la circulation différenciée pour choisir les véhicules autorisés à rouler.

Rendre payant l’accès au centre, pour favoriser le parking en périphérie et l’utilisation d’autres modes

Exemple : Londres

Résultats : A Londres, le trafic est passé de 200 000 à 70 000 véhicules en heure de pointe le matin, mais reste très perturbé, notamment à cause des bus.

Ampoule :

Oslo a également mis en place un péage urbain, et souhaite interdire totalement l’accès aux voiture en 2019.

Pontevedra, ville espagnole de 80 000 habitants, l’a déjà fait et a ainsi réduit le trafic de 70%.

D’autres utilisations de la voiture

Certains catégories de véhicules particuliers sont en parallèle encouragées :

Ampoule :

Les véhicules d’urgence (police, ambulance…) et l’accès pour les riverains sous certains conditions sont bien entendu autorisés.

Des modes alternatifs

Pour permettre la réduction de l’utilisation de la voiture en ville, des solutions alternatives doivent accompagner ces mesures, comme par exemple :

Zoom sur le projet parisien :

→ Bilan : -30% de circulation en 15 ans

B3/ Un avis pas unanimement partagé

“Plusieurs arguments viennent s’opposer à ce mouvement de fond dans les grandes villes.”

L’importance de la voiture :

La dépendance à la voiture :

Un report sur les banlieues :

Les véhicules “propres” et autonomes :

Pour aller plus loin :

De nombreuses villes moyennes (Angers, Saint-Etienne…) ont mis en place des politiques pour réduire la place de la voiture, mais font maintenant marche arrière, notamment en baissant le tarif de stationnement et en facilitant l’accès au centre-ville.

Plusieurs raisons sont avancées : concurrence des centres commerciaux de périphérie, crise économique, mairies gérées par la droite, réputées plus favorable aux automobilistes...

SOURCES :

Réduire
Ça vous a plu ? Envie d'accéder à tous nos contenus, sans limite ?
DEVENEZ PREMIUM !
TESTER UN MOIS GRATUITEMENT
résultats du sondage
352 participants

Êtes-vous favorable aux politiques visant à fortement limiter l'utilisation de la voiture dans les centres des grandes villes ?

Oui
82%
Non
15%
Je n'ai pas d'opinion
3%

Cette semaine sur cFactuel


Dans la catégorie "Planète"


Vos réactions


PUBLIER LE COMMENTAIRE