pixel facebook analytics
cFactuel, le média numérique qui rend l'actu claire et captivante
Fermer
Mot de passe oublié ?
Se connecter via Facebook
Pas encore de compte ? S'inscrire gratuitement
CONNEXION EN COURS
Afin de pouvoir vous connecter, vous devez au préalable confirmer votre adresse email en cliquant sur le lien présent dans l'email d'activation que nous vous avons envoyé suite à votre inscription.
Vous ne retrouvez pas cet email ? Cliquez ci-dessous pour le recevoir à nouveau. Et pensez à vérifier dans vos spams !
renvoyer l'email d'activation
Ajouter ce contenu à vos favoris Commenter ce contenu
0
Participer au sondage lié à ce contenu
Partager ce contenu via facebook Partager ce contenu via twitter Partager ce contenu sur google plus Partager ce contenu sur LinkedIn Épingler ce contenu Partager ce contenu par email
Europe : la guerre des projets
3 Octobre 2017
Europe : la guerre des projets - Une infographie cFactuel Voir la retranscription

Europe : la guerre des projets

Le 26 septembre, à la Sorbonne, le président de la République a posé les jalons d’une réforme de l’Union européenne.

Un projet qu’Emmanuel Macron a défendu ensuite lors d’un sommet des dirigeants de l’UE le 29 septembre en Estonie.

B1/ Où est le problème ?

“Si le projet européen revient dans les discours de certains responsables politiques, c’est qu’après le Brexit, la menace d’un effondrement est devenue réelle.”

Des problèmes de cohérence

=> Dumping fiscal et social

Il s’agit de pratiques qui peuvent fausser la concurrence entre entreprises des pays membres. Impôts sur les sociétés plus faibles, salaire minimum bas…

=> Diplomatie divergente

Tous les pays n’ont pas la même stratégie géopolitique, envers la Russie et les USA par exemple.

Des problèmes de visibilité

=> Des institutions illisibles

Seul 1 Européen sur 2 sait qui il élit quand il vote pour les eurodéputés.

L’abstention est passée de 38% en 1979 à 57% en 2009 aux élections européennes.

=> Une image dégradée

L’UE est devenue un bouc-émissaire des candidats politiques nationaux.

Un problème démocratique

=> Un traité pointé du doigt

En 2005, les Français, comme les Hollandais, ont voté “non” à la mise en place d’une Constitution européenne.

Mais en 2007, la classe politique française votera le traité de Lisbonne, qui reprend le texte de 2005 avec de légères modifications.

B2/ Le projet Macron

“Européen convaincu, Emmanuel Macron a fait de la relance du projet européen un axe de sa campagne présidentielle.”

Les grandes lignes de son projet

=> 1/ Un budget et un ministre pour une zone euro

Le budget de la zone serait piloté par un ministre des Finances, et contrôlé par un Parlement de la zone.

Les ressources de ce budget pourraient venir de la taxation du secteur du numérique, de taxes environnementales et, un jour, d'un impôt (par exemple, l'impôt sur les sociétés, une fois l'harmonisation européenne achevée).

=> 2/ La lutte contre le dumping

Mise en place d’une fourchette de taux pour l’impôt sur les sociétés, qui conditionnerait le versement des fonds européens aux pays membres.

(Actuellement ces fonds sont versés aux pays de l’Union et ont pour objectif principal de réduire les inégalités entre les différentes régions de l’Union)

Rapprochement des niveaux de cotisations sociales dans les pays membres.

=> 3/ Taxation des géants du numérique

Ces derniers, comme Apple ou Google, sont accusés de pratiquer l'optimisation fiscale.

La taxation se ferait sur la base du chiffre d'affaires réalisé dans chaque pays, et non plus en fonction des bénéfices perçus, souvent dans des états à faible fiscalité.

=> 4/ Taxe carbone commune aux frontières européennes

L’objectif est de pénaliser les industries situées en dehors de l’Europe qui ne respectent pas l’environnement.

Mais aussi :

=> Contrôle des investissements étrangers en Europe

=> Création d’une police européenne aux frontières

=> Réforme de la directive sur les travailleurs détachés

=> Création d’une force commune d’intervention européenne et d’un budget de défense commun

- Macron souhaite faire avancer l’Europe avec ceux qui le veulent, que ce soit au sein de la zone euro ou de l’UE à 27 : ces propositions s’inscrivent dans une logique de volontariat. Macron souhaite que ceux qui veulent avancer puissent le faire.

Les obstacles

Pays frileux à l’idée de lancer en ce moment des débats sur l’Europe (élections, formation de coalition en cours, référendum…)

Pays craignant que l’harmonisation ne pèse sur leur économie.

- Les libéraux et verts allemands sont opposés à la création d’un ministre des finances européens et d’un budget commun. Or ils pourraient participer à une coalition en Allemagne, pays indispensable à toute grande réforme en Europe.

Le saviez-vous ?

Ils redoutent que cela aboutisse à un système de transferts des Etats membres plus riches vers les moins riches. Autrement dit, que les efforts allemands financent la dette d’autres pays.

B3/ L’alternative de Juncker

“Le président de la Commission européenne propose une alternative au projet européen d’Emmanuel Macron.”

Les différences

Pas de création de nouvelles structures, mais une réforme des institutions existantes :

=> Transformer le président de l'Eurogroupe (membres de la zone Euro) en une sorte de “ministre européen des Finances”

=> Elire un président au suffrage universel, poste qui fusionnerait le président de la Commission (occupé par Juncker) et du Conseil européen, où siège Donald Tusk

Pas d’Europe à plusieurs vitesses :

=> Il craint sinon la création de divisions au sein des 27, poussant ainsi certains pays membres vers la sortie

Mais des points communs :

B4/ Intégration vs Souveraineté nationale

- Ces deux projets, différents, valident cependant une orientation identique, à savoir une plus grande intégration des pays dans l’UE.

D’autres, opposés à cette vision, voire à l’Europe de manière générale, proposent d’autres voies, qui privilégient la souveraineté nationale à l’intégration.

Le saviez-vous ?

Programme FN et FI sur l’UE

Lors de la dernière présidentielle, Marine Le Pen proposait d’organiser un référendum pour permettre à la France de sortir de l’UE et le retour du franc. Jean-Luc Mélenchon proposait de conditionner le maintien de la France dans l’Union à une grande réforme sociale des traités européens. Il accusait l’UE de précariser les populations et de les mettre en compétition les uns avec les autres.

Ampoule : 18 pays parmi les 27 de l’UE comptent au moins un parti majeur proposant un référendum de sortie de l’UE.



SOURCES :

Huffpost, Sommet de Tallinn: Avec sa réforme de l'UE, Macron chamboule le programme, 29 septembre

France24, Réforme de l’Union européenne : le plus dur commence pour Emmanuel Macron, 27 septembre

France 24, Réforme de la zone euro : Juncker et Macron pas sur la même longueur d'onde, 13 septembre

Les Echos, Juncker donne le départ d’une année de réformes ambitieuses pour l’Union européenne, 12 septembre 2017

RTL, Réforme de la zone euro : Jean-Claude Juncker et Emmanuel Macron en désaccord, 13 septembre 2017

Le Figaro, Macron met son projet européen sur la table du sommet de Tallinn, en Estonie, 27 septembre 2017

Le Figaro, Le plan de Macron pour l'Europe résumé en dix points, 27 septembre 2017

Courrier International, Vu d’Europe. “Macron en veut trop, mais au moins il veut quelque chose”, 27 septembre 2017

Le Monde, Le discours de Macron sur l’Europe diversement apprécié à Berlin, 27 septembre 2017

Preview :

Post FB :

Post TT :

Notif :

Réduire
Ça vous a plu ? Envie d'accéder à tous nos contenus, sans limite ?
DEVENEZ PREMIUM !
TESTER UN MOIS GRATUITEMENT
résultats du sondage
225 participants

Êtes-vous favorable au projet d'Emmanuel Macron concernant l'Europe ?

Oui
55%
Non
20%
Je n'ai pas d'opinion
25%

Cette semaine sur cFactuel


Dans la catégorie "Institutions et politique"


Vos réactions


PUBLIER LE COMMENTAIRE