pixel facebook analytics
cFactuel vit ses derniers instants... Le 1000è sujet sera publié le 2 février, et sera le dernier :( Merci à tous de nous avoir suivis !
Mot de passe oublié ?
Se connecter via Facebook
Pas encore de compte ? S'inscrire gratuitement
CONNEXION EN COURS
Afin de pouvoir vous connecter, vous devez au préalable confirmer votre adresse email en cliquant sur le lien présent dans l'email d'activation que nous vous avons envoyé suite à votre inscription.
Vous ne retrouvez pas cet email ? Cliquez ci-dessous pour le recevoir à nouveau. Et pensez à vérifier dans vos spams !
renvoyer l'email d'activation
Ajouter ce contenu à vos favoris Commenter ce contenu
4
Partager ce contenu via facebook Partager ce contenu via twitter Partager ce contenu sur google plus Partager ce contenu sur LinkedIn Épingler ce contenu Partager ce contenu par email
CO2: Le problème n’est pas (que) dans l'atmosphère
31 Janvier 2018
CO2: Le problème n’est pas (que) dans l'atmosphère - Une infographie cFactuel Voir la retranscription

Changement climatique : Le problème n’est pas (que) dans l’atmosphère

Alors que la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre s’organise dans toute la planète, un phénomène pourrait réduire à néant les efforts : la fonte du permafrost.

B1/ De quoi parle-t-on ?

“Le permafrost est un sol spécifique des régions froide de la planète”

Définition

Le permafrost, aussi appelé pergélisol, est un terme géologique qui désigne un sol dont la température se maintient en dessous de 0°C pendant plus de deux ans consécutifs.

Le permafrost n’est pas situé à la surface mais sous une couche de terre qui dégèle en été et qui peut donc accueillir de la végétation

Son épaisseur peut atteindre plusieurs centaines de mètres comme en Alaska (400m) au Canada (750 m) ou en Sibérie orientale avec des max à 1000 m.

Le permafrost est situé majoritairement au-delà du cercle polaire arctique.

Ampoule : il existe un autre type de permafrost dit de type alpin, présent dans la plupart des massifs montagneux de la planète au delà de 2500 m d’altitude. Par exemple, les Alpes, la Cordillère des Andes, l’Himalaya.



B2/ Une bombe à retardement

“La fonte du permafrost est un catastrophe écologique à plusieurs dimensions qui jusqu’à maintenant n’a pas été prise en compte pas les scénarios du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).”

A/ Une surface monstrueuse

La totalité du permafrost mondiale représente la superficie du Canada soit 1/5 de la surface terrestre de la planète.

Sa fonte pourrait donc avoir des conséquences importantes sur les niveau des mers (Pour l’instant pas d’estimation)

LSV : Contrairement aux glaces situées sur les continents, la fonte des glaces située sur la mer (banquise, iceberg) n’influence pas le niveau des océans. En effet, sous les effets de la poussée d’archimède, cette glace “occupe” la même place dans les océans que si elle était à l’état liquide.

B/ Pas que de la glace

Dans le permafrost sont congelés les restes de plantes et d'animaux, ayant vécu il y a des milliers d’années, voire des dizaines de milliers d’années. Si ces restes dégèlent, ils se mettent à pourrir et libèrent du carbone et du méthane dans l’atmosphère.

=> C’est le même principe que pour un cadavre sous des latitudes plus clémentes.

1 700 milliards de tonnes de carbone d’origine végétale s’y sont accumulées depuis la dernière glaciation.

=> soit deux fois plus que la quantité actuellement dans l’atmosphère

=>C’est le plus gros réservoir de carbone continental de la planète, devant les réserves de combustible fossile que sont le pétrole, le gaz et le charbon

=> une augmentation de 5 à 8 °C de la température d’ici à 2100 (contre 4° pour les estimations du Giec qui ne prend pas en compte la fonte du permafrost)

C/ Pas que du carbone

“La fonte du permafrost va également réactiver des bactéries, virus et microbes disparus”

2016. Péninsule de Yamal au nord de la Russie, plusieurs dizaine de personnes sont infectées par l’anthrax. La bactérie était dans le cadavre d’un renne prisonnier du permafrost

2015. Des chercheurs ont réactivé Mollivirus sibericum, un virus géant qui dormait dans le permafrost depuis 30 000 ans. Leurs travaux, publiés dans les Comptes-rendus de l’Académie des sciences américaine (PNAS), montrent que le patrimoine génétique de cet organisme n’a rien à voir avec les virus connus jusqu’alors.

2012. Des scientifiques ont étudié des momies prisonnières des glaces depuis le XVIIIe siècle en Sibérie. Leurs résultats, publiés dans The New England Journal of Medicine montrent qu’elles étaient infectées par la variole.



SOURCES :

Mashable.fr Le permafrost, cette bombe à retardement sous l'Arctique, 26 janvier 2018

Le Monde, Le permafrost, l’autre menace climatique, 14 novembre 2017

CNRS Le journal, Pergélisol, le piège climatique, 26 janvier 2015

Geo, Le permafrost : qu’est-ce que c’est ? 28 octobre 2009

Slate, La fonte du permafrost en Arctique serait beaucoup plus grave que prévu, 8 décembre 2012

Tribune de Genève, Le dégel du permafrost, une bombe à retardement, 28 août 2016

Réduire
Ça vous a plu ? Envie d'accéder à tous nos contenus, sans limite ?
DEVENEZ PREMIUM !
TESTER UN MOIS GRATUITEMENT

Dans la catégorie "Planète"


Vos réactions


PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 31/01/2018 à 11h37
Très inquiétant.. .mais les scientifiques se cachent bien d en parler..metci pour cette information..et toutes celles que vous nous avez fait partager...
PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 31/01/2018 à 09h28
Eh ben c'est rassurant.... :(
PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 31/01/2018 à 09h47
CFactuel s'arrête et on va tous choper le virus du mamouth. 2018 commence mal!
Le 31/01/2018 à 10h00
Grave... ! :( Ah ah