pixel facebook analytics
cFactuel, le média numérique qui rend l'actu claire et captivante
Fermer
Mot de passe oublié ?
Se connecter via Facebook
Pas encore de compte ? S'inscrire gratuitement
CONNEXION EN COURS
Afin de pouvoir vous connecter, vous devez au préalable confirmer votre adresse email en cliquant sur le lien présent dans l'email d'activation que nous vous avons envoyé suite à votre inscription.
Vous ne retrouvez pas cet email ? Cliquez ci-dessous pour le recevoir à nouveau. Et pensez à vérifier dans vos spams !
renvoyer l'email d'activation
Ajouter ce contenu à vos favoris Commenter ce contenu
2
Partager ce contenu via facebook Partager ce contenu via twitter Partager ce contenu sur google plus Partager ce contenu sur LinkedIn Épingler ce contenu Partager ce contenu par email
Le marché de l’immobilier décrypté
13 Novembre 2017
Le marché de l’immobilier décrypté - Une infographie cFactuel Voir la retranscription

Le marché de l’immobilier décrypté

Hausses des prix, taux qui jouent au yoyo, retour des investisseurs… Le marché de l’immobilier déraille-t-il ?

cFactuel fait la lumière sur l’un des moteurs de l’économie française.

B1 : L’immobilier en chiffres

L’immobilier, c’est :

Le saviez-vous ?

Les dépenses totales de l'ensemble des agents économiques (occupants, bailleurs, pouvoirs publics...) dans le logement représentent 21,9% du PIB, soit près de 480 Md€ par an.

B2 : Les effets des tendances

“Dans une économie de marché, la base du fonctionnement est la rencontre entre l’offre et la demande.”

A/ Tendance à la baisse

1/ Le nombre d’acheteurs est inférieur à l’offre

2/ Les prix diminuent

3/ La demande continue de baisser

=> Les acheteurs, constatant la baisse, retardent leur achat pour profiter d’une baisse plus forte.

4/ Les taux d’emprunt diminuent

=> Les banques, qui font leur marge sur les intérêts, diminuent le coût des emprunts pour tenter de convaincre les acheteurs de passer à l’acte.

=> Cela peut inciter les acheteurs à encore retarder l’achat, pour obtenir des taux encore plus faibles

On parle de spirale déflationniste !

Cette spirale prend fin et se “renverse” lorsqu’un déclencheur (baisse du chômage, croissance…) convainc les acheteurs de passer à l’acte.

B/ Tendance à la hausse

1/ La demande se renforce

2/ Les prix augmentent

3/ Les taux d’emprunt augmentent

Symétriquement à la situation de baisse, les acteurs vont avoir encore plus tendance à acheter pour éviter de devoir payer encore plus s’ils attendent.

On parle de spirale inflationniste !

Ampoule :

Ce qui entraîne une “spirale”, c’est la confiance des acteurs économiques.

En période de crise, les acteurs n’ont pas confiance et craignent l’avenir, ils diffèrent leur achats.

En période de croissance, ils ont confiance et investissent.

B3/ 2016-2017 : La sortie de crise ?

“Entre octobre 2016 et avril 2017, la demande immobilière a fortement augmenté.”

Fin 2016 : la demande augmente

Les prévisionnistes (courtiers, experts, notaires) avaient en effet tablé sur une hausse des taux d’intérêt

Pour aller plus loin :

Les acteurs du secteur parient sur la hausse des taux car la reprise économique entraîne a priori une hausse de la demande de crédits.

>Donc nous sommes repartis sur une phase de hausse des taux et donc des prix ?

> Jusqu’en avril 2017, oui. Sur les 10 plus grandes villes, seules 2 villes ont vu les prix de leur immobilier diminuer sur les 4 premiers mois de l’année.

> Mais à partir d’avril, la hausse s’est tassée, car la demande a ralenti.

Un phénomène, trois facteurs

Pour rappel :

Hausse des taux => Hausse de la demande => Hausse des prix

> Si l’un des facteurs manque, ça ne marche pas ! Ici, ce sont les taux qui n’ont pas augmenté autant que prévu.

Ainsi, les ménages sont restés attentistes et les biens n’ont pas tous trouvé preneur.

B4/ 2018 dans le viseur

“Si le retour de la croissance se confirme, la tendance haussière devrait suivre.”

La demande de prêts

Après un troisième trimestre en fort recul (-25% sur un an), elle est repartie à la hausse en octobre (+15% sur un mois).

Vers une hausse des prix

Face à ce retour des acheteurs, les taux comme les prix devraient reprendre leur hausse.

> Mais les prix ne se sont pas effondrés durant la crise et restent élevés. Les acheteurs vont-ils suivre la hausse des prix ?

> Il ne faut pas raisonner uniquement en regardant l’attitude des ménages cherchant un domicile.

> Pourquoi ?

> Car la stagnation des prix et des taux entre 2008 et 2016 a rendu l’immobilier très attractif pour l’investissement locatif.

Ampoule :

De nombreux investisseurs se sont tournés vers la pierre car les autres investissements (livrets, assurances-vie) proposent de faibles rentabilités.

Le réseau Guy Hoquet a par exemple signalé que ses ventes “investisseurs” ont doublé, passant de 9 % en 2015 à 18 % en 2016. Le début de l'année 2017 suit la même tendance.

Vers une hausse des taux

Face au dynamisme du marché, les taux proposés devraient reprendre leur ascension. Certains experts (Cafpi) tablent sur un taux fixe à 2% sur 20 ans (référence sur le marché de l’immobilier)

SOURCES :

Les Echos, Baromètre du crédit immobilier : encore des baisses de taux, 16 octobre 2017

Meilleuragent.com, Baromètre national des prix de l’immobilier, 2016-2017

La Tribune, Immobilier : les taux ne bougent pas, les demandes de crédit repartent à la hausse, 6 novembre 2017

cBanque, Crédit immobilier : une hausse des taux irrémédiable mais encore repoussée, 3 novembre 2017

Empruntis, PRÊT IMMOBILIER : DES TAUX DE CRÉDIT TOUJOURS BAS POUR CETTE FIN D'ANNÉE, 7 novembre 2017

Les Echos, Retour des investisseurs institutionnels sur le résidentiel, une tendance de fond ? 6 novembre 2017

Les Echos, Les nouveaux rendements de l'immobilier locatif, 14 avril 2017

Les Echos, Immobilier : les prix recommencent à flamber dans les grandes villes, 2 février 2017

Meilleurtaux.com, Notre analyse de l'évolution des taux immobiliers, 15 septembre 2017

Ifop, LES FRANÇAIS ET L’ACCESSION À LA PROPRIÉTÉ, 7 mars 2017

Réduire
Ça vous a plu ? Envie d'accéder à tous nos contenus, sans limite ?
DEVENEZ PREMIUM !
TESTER UN MOIS GRATUITEMENT

Cette semaine sur cFactuel


Dans la catégorie "Économie"


Vos réactions


PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 13/11/2017 à 12h30
Tout à la fin de l’article, il est mentionné une prédiction sur 20 ans, c’est étonnant une si longue période !
PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 13/11/2017 à 12h38
Bonjour Robin, il ne s'agit pas d'une prédiction à 20 ans (qui aurait effectivement plus relevé de la divination !) , mais de la valeur estimée, pour 2018, du taux d'intérêt moyen pour des prêts immobiliers sur 20 ans.
J'espère que c'est plus clair,
Merci pour votre commentaire et bonne journée !