pixel facebook analytics
cFactuel, le média numérique qui rend l'actu claire et captivante
Fermer
Mot de passe oublié ?
Se connecter via Facebook
Pas encore de compte ? S'inscrire gratuitement
CONNEXION EN COURS
Afin de pouvoir vous connecter, vous devez au préalable confirmer votre adresse email en cliquant sur le lien présent dans l'email d'activation que nous vous avons envoyé suite à votre inscription.
Vous ne retrouvez pas cet email ? Cliquez ci-dessous pour le recevoir à nouveau. Et pensez à vérifier dans vos spams !
renvoyer l'email d'activation
Ajouter ce contenu à vos favoris Commenter ce contenu
0
Participer au sondage lié à ce contenu
Partager ce contenu via facebook Partager ce contenu via twitter Partager ce contenu sur google plus Partager ce contenu sur LinkedIn Épingler ce contenu Partager ce contenu par email
La course aux IArmements
23 Novembre 2017
La course aux IArmements - Une infographie cFactuel Voir la retranscription

La course aux IArmement

Du 13 au 17 novembre, experts, diplomates, juristes et chefs d’entreprise du secteur des armes étaient à Genève pour la première discussion officielle sur les robots tueurs. Notamment sur la place de l’Homme dans le processus de décision de la machine ou encore l’interdiction de ce type d’arme.

B1/ De quoi parle-t-on ?

Les armées utilisent des armes autonomes depuis des décennies :

=> Un missile de croisière va pouvoir suivre sa cible et déterminer son plan de vol seul.

MAIS : Ils ne choisissent toutefois pas leur cible.

Ce que l’on appelle des robots tueurs ou armes autonomes sont nommés par l’ONU systèmes d'armes létales autonomes ou SALA

Actuellement, aucune définition n’a été retenue au niveau international. Mais l’ONU utilise la suivante :

“Une arme qui, déployée sur décision humaine, sélectionne et vise sans intervention humaine des cibles correspondant à certains critères prédéfinis, étant entendu que l’attaque une fois lancée ne peut pas être stoppée par une intervention humaine ».

1 : Activation humaine

2 : définition humaine de la mission (critères)

3 : intervention non-humaine

4 : sélection non-humaine des cibles

5 : décision non-humaine d’attaquer

B2/ Le point sur le développement des SALA

“Si le développement d’armes autonomes reste secret, certains proposent des systèmes qui fonctionnent.”

Exemples :

Blindés autonomes => Entreprise russe Kalachnikov

Véhicules de reconnaissance et de déminage => Entreprise russe Kalachnikov

Systèmes antimissiles autonomes => Entreprise américain Raytheon fabrique

Mitrailleuse autonome => Entreprise coréenne Samsung

> Cela signifie qu’il y a déjà des robots tueurs en circulation ?

> En effet, les Russes les ont notamment utilisés lors d’un exercice de grande ampleur cette année en Biélorussie.

> On va tous mourir alors ?

> Non pas encore… Il ne suffit pas d’automatiser une arme pour la rendre efficace. Encore faut-il qu’elle soit capable de faire le bon choix, qu’elle puisse se coordonner avec les autres éléments de son groupe…

> Ce n’est pas le cas ?

> Pour l’instant, les intelligences artificielles ne sont pas suffisamment élaborées pour se passer complètement de l’intervention humaine.

LSV : Si les progrès réalisés dans le secteur de l’armement ont jusqu’ici été à l’origine d’avancée technologique dans le civil (CD, Internet, GPS), en matière d’IA, les militaires sont à l’écoute de l’industrie du jeux vidéo ou des voitures autonomes.

B3/ Vers une interdiction ?

2012 : L’ONG Human Rights Watch et 50 autres ONG font campagne pour l’interdiction des “robots tueurs”

2013 : Le rapporteur spécial de l'ONU plaide pour une suspension du développement de ces systèmes, en attendant un cadre juridique international

juillet 2017 : Une lettre ouverte signée par près de 3 000 personnalités met en garde contre les dangers des robots tueurs

Parmi les signataires: le physicien Stephen Hawking et des figures de l’industrie high-tech, comme Elon Musk, PDG de Tesla Motors, ou Steve Wozniak, cofondateur d’Apple

Les opposants aux SALA s’appuient sur plusieurs arguments :

=> Le risque de confusion entre civils et soldats par les SALA existe

=> La décision de tuer a toujours été réservé aux humains sur le champ de bataille.

Human Rights Watch, « il faut un homme pour décider d’arrêter le tir et faire des prisonniers, pour reconnaître un soldat portant un drapeau blanc, pour évaluer si la riposte est équilibrée ».

=> Un SALA risque à tout moment de violer deux principes du droit international humanitaire (DIH), qui régit les conflits armés :

=> L’utilisation de SALA crée un flou en matière de responsabilité pénale. Si l’un d’entre eux commettait un dommage collatéral ou abattait des civils, les victimes et leurs familles ne pourraient se retourner contre personne car rien n’est prévu dans le droit international.

B4/ La guerre autonome n’est pas “Terminator”

“Pour certains experts, le développement des armes autonomes a des avantages”

=> Ce sera donc au commandement militaire de supporter les responsabilités



Interdire des armes : futile ou utile ?

Certains types d’armes ont déjà été interdits dans le passé...

=> En 1139, lors du deuxième concile de Latran, l’usage de l’arbalète avait été interdit

entre chrétiens.

=> En 1899, la conférence de la paix de La Haye, à laquelle participent 26 gouvernements des principales puissances, décident d’interdire « de lancer des projectiles et des explosifs du haut des ballons ou par d’autres modes analogues ». En clair le bombardement.

...On sait aujourd’hui que cela n’a pas empêché leur développement.

Mais d’autre l’ont été avec plus de succès. L’ONU et le droit international humanitaire interdisent :

les armes chimiques (1993) (Une interdiction plutôt efficace si l’on excepte le cas syrien)

les armes à laser aveuglantes (1995)

Les mines antipersonnel (1997)

Reste à savoir de quel côté seront placés les SALA quand on sait que pour de nombreux militaires elles peuvent être considérées comme une révolution de la guerre sans précédent depuis la bombe atomique voir l’invention du fusil...



Pierre Silvain

SOURCES

RTL, Faut-il interdire les robots tueurs ? 30 juillet 2017

Future of life institute, Autonomous weapons : an open letter from AI and robotics researchers, 28 juillet 2015

Les Echos, Une vidéo choc pour alerter sur les robots tueurs, 20 novembre 2017

Iris, Intelligence artificielle : le leadership américain en question, 10 novembre 2017

Le Temps, Qui pour arrêter les “robots tueurs” ? 17 novembre 2017

Russia Beyond, La Russie crée un robot intelligent pour combattre le terrorisme, 10 août 2017

Contrepoint.org, Intelligence artificielle : le nouveau robot armé russe, 17 novembre 2017

Nations unis, Genève : ouverture des premières discussions officielles sur les systèmes d'armes létales autonomes, 13 novembre 2017

Le Monde, Faut-il interdire les robots tueurs autonomes ? 21 octobre 2015

Nations unis, Systèmes d’armes létales autonomes (SALA) dans le cadre de la CCAC



Visuel Facebook

Preview

Post FB

Des chercheurs mettent en garde contre le développement des “robots tueurs”, ces armes capables de tuer sans intervention humaine. Alors, véritable danger ou crainte infondée ?

Réduire
Ça vous a plu ? Envie d'accéder à tous nos contenus, sans limite ?
DEVENEZ PREMIUM !
TESTER UN MOIS GRATUITEMENT
résultats du sondage
264 participants

Êtes-vous favorable à une interdiction des armes autonomes ?

Oui
74%
Non
13%
Je n'ai pas d'opinion
13%

Cette semaine sur cFactuel


Dans la catégorie "Numérique et sciences"


Vos réactions


PUBLIER LE COMMENTAIRE