pixel facebook analytics
cFactuel, le média numérique qui rend l'actu claire et captivante
Fermer
Mot de passe oublié ?
Se connecter via Facebook
Pas encore de compte ? S'inscrire gratuitement
CONNEXION EN COURS
Afin de pouvoir vous connecter, vous devez au préalable confirmer votre adresse email en cliquant sur le lien présent dans l'email d'activation que nous vous avons envoyé suite à votre inscription.
Vous ne retrouvez pas cet email ? Cliquez ci-dessous pour le recevoir à nouveau. Et pensez à vérifier dans vos spams !
renvoyer l'email d'activation
Ajouter ce contenu à vos favoris Commenter ce contenu
4
Partager ce contenu via facebook Partager ce contenu via twitter Partager ce contenu sur google plus Partager ce contenu sur LinkedIn Épingler ce contenu Partager ce contenu par email
Beurre : la pénurie fait tâche d'huile
24 Octobre 2017
Beurre : la pénurie fait tâche d'huile - Une infographie cFactuel Voir la retranscription

Beurre : la pénurie fait tâche d’huile

Après les industriels, les rayons crèmerie des supermarchés se vident. Le beurre est de plus en plus rare. La conséquence d’une pénurie qui a commencé au printemps.

B1 / Etat des lieux

Depuis le milieu de l’année 2016 les cours du burre en France ont explosé, passant d’environ 2 700€ la tonne en mai 2016 à 6 000€ la tonne en septembre 2017

La hausse du marché est faiblement répercutée dans les supermarchés

=> La FNSEA a constaté une hausse de 7% des prix en grande surface en septembre

Ampoule : Si la hausse n’est jusqu’ici pas répercutée en grandes surfaces, c’est parce que les prix sont fixés par des contrats annuels. Le seul moyen pour les fournisseurs de vendre plus cher, c’est de résilier ces contrats. Ce que beaucoup d’entre eux ont fait, entraînant une disparition des produits en rayon.

B2 / Beurre, le retour en grâce

“Si le prix du beurre explose c’est parce que la consommation de ce produit augmente.”

A - Le beurre redevient fréquentable

Une étude publiée en 2014 dans les Annals of internal Medecine conclut que "les preuves existantes ne viennent pas soutenir les conseils cardiovasculaires (...) d'une faible consommation de graisses saturées".

=>En clair : le beurre n'est pas si mauvais pour la santé.

B - La consommation de beurre français repart à la hausse

=> +5% entre 2013 et 2015 en France

=> Entre 2015 et 2016 +23% en Chine, +11% aux États-Unis et + 34% en Arabie saoudite, 64% au Japon, 173% au Canada

C - Le beurre séduit de nouveaux marchés

Les viennoiseries françaises sont de plus en plus prisées en Asie.

=> La Chine est de plus en plus consommatrice de produits laitiers made in France.

Hausse des exportations vers la Chine entre janvier et août 2016:

Pour aller plus loin : La Chine a connu de nombreux scandales sanitaires dans sa filière laitière. Notamment en 2008 où 300 000 bébés ont été intoxiqués avec du lait et 6 d’entre eux en sont morts. Résultat, le consommateur chinois se tourne vers des produits importés car il ne fait plus confiance à la production chinoise de produits laitiers.

B3 / Une pénurie alimentée par la crise du lait

> Si le beurre est de plus en plus rare, c’est aussi la conséquence de la crise de surproduction du lait.

> Je ne comprends pas… Si on produit trop de lait, on devrait avoir aussi beaucoup de beurre non ?

> Eh bien non justement :) La crise de surproduction a entraîné une réduction de la production.

> Eh alors il suffit de réaugmenter la production de lait et de le transformer en beurre ! (C’est bon chérie, j’ai la solution !)

> Hum… c’est pas aussi simple que ça...

1/ Pour réduire leur production, les éleveurs ont réduit leur cheptel

=> Ils n’ont plus forcément les capacités pour faire face à une hausse de la demande.

Le saviez-vous ? Le lait est une production avec une saisonnalité. L'hiver, les vaches font leurs petits et c'est à ce moment que la production laitière diminue, pour repartir au printemps. Une hausse de la production de lait est donc compromise pour cet automne.

2/ Le lait est utilisé pour faire une multitude de sous-produits et, si la matière grasse qui sert à faire le beurre se vend bien, ce n’est pas le cas du lait écrémé.

=> Si on produit plus de lait juste pour faire plus de beurre, on se retrouvera avec un surplus de lait écrémé… Or l’Europe en a déjà stocké 350 000 tonnes, et peine à lui trouver des débouchés.

[Graphique des sous-produits du lait]

SOURCES :

Le Monde, La France connaît une pénurie de beurre, 19 octobre 2017

Francetvinfo, Pénurie de beurre : les supermarchés impactés, 19 octobre 2017

Huffpost, Pourquoi y a-t-il une pénurie de beurre dans certaines grandes surfaces ? 19 octobre 2017

La Tribune, La Chine fait tourner le marché mondial du lait, 28 septembre 2016

RTL, Va-t-on vers une pénurie de beurre cet hiver ? 1er septembre 2017

FranceAgriMer, cotation du beurre

Web-agri.fr L’écart de prix entre le beurre et la poudre de lait écrémé se creuse, 31 mar 2017

CNIEL (Centre national interprofessionnel de l’économie laitière), l’économie laitière en chiffres édition 2017

Eurostat, exportations laitières

Réduire
Ça vous a plu ? Envie d'accéder à tous nos contenus, sans limite ?
DEVENEZ PREMIUM !
TESTER UN MOIS GRATUITEMENT

Sur le même thème


Cette semaine sur cFactuel


Dans la catégorie "Économie"


Vos réactions


PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 24/10/2017 à 09h41
Ok super merci
PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 24/10/2017 à 07h49
Bonjour. Dans l’article précédent sur la crise du lait, il est spécifié que la demande était mondiale en général était en baisse, notamment en Chine. Et sur l’article de ce matin, c’est plutôt le contraire qui apparait. Pouvez-vous m’éclaircir?
PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 24/10/2017 à 08h42
Bonjour Robin, comme le montre le dernier schéma, il ne faut pas confondre lait et beurre ! Ici, nous parlons bien d’une hausse de la consommation, mais seulement du beurre. Et c’es Justement parce que la consommation des autres produits laitiers ne suit pas cette hausse que la solution consistant à produire plus de lait n’est pas satisfaisante (c’est ce qu’on dit à la fin).
Le 24/10/2017 à 09h10
Pour compléter (et parce que je viens de me rendre compte que vous parliez notamment de la Chine) : Sur l'infographie "La crise du lait", nous expliquions que la crise avait notamment été déclenchée par la baisse des importations chinoises dès 2014. Or au début de l'année 2016, un fort regain d'intérêt pour les produits laitiers français a lieu, ce qui explique ce revirement de situation : les importations chinoises décollent sur le 1er semestre 2016.