pixel facebook analytics
cFactuel, le média numérique qui rend l'actu claire et captivante
Fermer
Mot de passe oublié ?
Se connecter via Facebook
Pas encore de compte ? S'inscrire gratuitement
CONNEXION EN COURS
Afin de pouvoir vous connecter, vous devez au préalable confirmer votre adresse email en cliquant sur le lien présent dans l'email d'activation que nous vous avons envoyé suite à votre inscription.
Vous ne retrouvez pas cet email ? Cliquez ci-dessous pour le recevoir à nouveau. Et pensez à vérifier dans vos spams !
renvoyer l'email d'activation
Ajouter ce contenu à vos favoris Commenter ce contenu
5
Partager ce contenu via facebook Partager ce contenu via twitter Partager ce contenu sur google plus Partager ce contenu sur LinkedIn Épingler ce contenu Partager ce contenu par email
Allemagne : Merkel a-t-elle la solution ?
4 Décembre 2017
Allemagne : Merkel a-t-elle la solution ? - Une infographie cFactuel Voir la retranscription

Allemagne : Merkel a-t-elle la solution ?

Depuis le scrutin législatif du 24 septembre, l’Allemagne fait face à une crise politique sans précédent depuis la 2nde Guerre Mondiale.

Sans majorité claire, le pays est actuellement géré par le gouvernement sortant d’Angela Merkel en attendant de connaître le nom de son nouveau chancelier.

B1/ Les élections en Allemagne

Reprendre le schéma sans la tête de Merkel ni le nombre de député au Bundestag.

virer toute la partie droite

Pour aller plus loin :

Le pouvoir législatif allemand est constitué d’une 2e chambre, le Bundesrat, dans lequel siègent les représentants élus dans les différentes régions, appelées länder.

Cependant, le Bundesrat n’a aucun pouvoir sur le choix du chancelier.

SI VOUS AVEZ PAS COMPRIS VOUS POUVEZ ALLER LÀ => http://abonnes.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/09/22/elections-allemandes-pourquoi-on-ne-connait-pas-a-l-avance-le-nombre-de-deputes-au-bundestag_5189681_4355770.html

B2/ Le scrutin du 24 septembre

« Nous sommes le premier parti, nous avons un mandat pour former le prochain gouvernement et il ne peut y avoir de gouvernement de coalition contre nous », a affirmé Angela Merkel (CDU) au soir des résultats.

Mais le parti de la chancelière sortante fait face à plusieurs obstacles :

=> Une coalition est obligatoire : il faut 108 sièges de plus pour obtenir la majorité

=> Le SPD a annoncé qu’il refuserait une coalition : Le parti social démocrate a gouverné avec la droite lors du dernier mandat, mais ne souhaite pas renouveler cette alliance

=>La CDU ne veut pas gouverner ni avec l’extrême gauche (La Gauche) ni avec l’extrême droite (AfD)

La seule solution est la mise place d’une coalition avec les libéraux du FDP et les Verts.

> Cette coalition est appelée “coalition jamaïcaine” car les couleurs des trois partis sont les mêmes que celles du drapeau de la Jamaïque.

Le coup de théâtre

=> Le 19 novembre, Christian Lindner, le leader du FDP

« Il vaut mieux ne pas gouverner que mal gouverner »

Le FDP quitte les pourparlers

Le saviez-vous ?

Le FDP a gouverné avec la CDU de 1949 à 1963, de 1982 à 1998 et lors du 2e mandat de Merkel entre 2009 et 2013.

Mais en 2013, il recueille moins de 5% des voix et n’est pas présent au Bundestag pour la 1re fois depuis 1945.

Christian Lindner, qui a été élu à la présidence du FDP au lendemain de la débâcle de 2013, souhaite éviter de renouveler la catastrophe avec un gouvernement qui pourrait nuire à l’image du parti.

B3/ Les issues possibles à la crise

A/ La grande coalition

Pour obtenir la majorité absolue, Merkel n’a qu’une solution : remettre en place une “grande coalition” avec le SPD.

=> Pour l’instant, le parti social démocrate refuse cette éventualité. En effet, le parti considère que sa défaite est liée à sa participation à la grande coalition entre 2013 et 2017.

B/ Le renversement

Merkel propose une motion de confiance au Bundestag sans majorité. Si elle n’obtient pas la confiance :

=> Le président de la République peut procéder à une dissolution.

=> Le Président peut accepter un gouvernement minoritaire

C/ La prise en main des députés

Selon l’article 63 de la Constitution, le président de la République peut proposer un autre candidat à la chancellerie au Bundestag.

Si celui-ci n’obtient pas la majorité absolue, les députés ont alors 14 jours pour trouver un candidat.

=> Cette solution pourrait permettre la mise en place d’une majorité sans le parti arrivé en tête (CDU). Mais dans la configuration actuelle, cela signifierait que le SPD s’allie avec l’extrême gauche, les Verts et les libéraux… Ce qui est aujourd’hui inenvisageable.

=> Si aucun candidat n’obtient la majorité absolue, alors le président peut soit dissoudre le Bundestag, soit accepter la mise en place d’un gouvernement minoritaire.



SOURCES

Le Monde, Elections législatives en Allemagne : victoire en demi-teinte pour Angela Merkel, 24 septembre 2017

Bundestag, La CDU/CSU, en perte de vitesse, reste le premier groupe parlementaire au Bundestag

Le Monde, Les libéraux allemands portent le coup de grâce aux discussions de coalition, 20 novembre 2017

Le Monde, L’Allemagne en pleine tempête politique, 20 novembre 2017

La Croix, Comment fonctionne le système politique allemand ? 20 septembre 2013

Le Figaro, Élections allemandes : vers un nombre record de députés au Bundestag, 20 septembre 2017

Réduire
Ça vous a plu ? Envie d'accéder à tous nos contenus, sans limite ?
DEVENEZ PREMIUM !
TESTER UN MOIS GRATUITEMENT

Sur le même thème


Cette semaine sur cFactuel


Dans la catégorie "International"


Vos réactions


PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 05/12/2017 à 12h55
Merci! C'est clair :)
PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 04/12/2017 à 08h55
C’est tout de suite plus clair !!!
Merci beaucoup à toute l’équipe
PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 04/12/2017 à 07h13
Merci pour ce sujet !
PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 04/12/2017 à 07h03
Pour la "prise en main des députés" vous parlez du President de la République, c'est bien du Président fédéral ?
PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 04/12/2017 à 09h49
En effet, vous avez raison, Président fédéral est son titre officiel. La correction est faite !
Bonne journée