pixel facebook analytics
cFactuel vit ses derniers instants... Le 1000è sujet sera publié le 2 février, et sera le dernier :( Merci à tous de nous avoir suivis !
Mot de passe oublié ?
Se connecter via Facebook
Pas encore de compte ? S'inscrire gratuitement
CONNEXION EN COURS
Afin de pouvoir vous connecter, vous devez au préalable confirmer votre adresse email en cliquant sur le lien présent dans l'email d'activation que nous vous avons envoyé suite à votre inscription.
Vous ne retrouvez pas cet email ? Cliquez ci-dessous pour le recevoir à nouveau. Et pensez à vérifier dans vos spams !
renvoyer l'email d'activation
Ajouter ce contenu à vos favoris Commenter ce contenu
4
Partager ce contenu via facebook Partager ce contenu via twitter Partager ce contenu sur google plus Partager ce contenu sur LinkedIn Épingler ce contenu Partager ce contenu par email
Obsolescence programmée : les coupables
24 Janvier 2018
Obsolescence programmée : les coupables - Une infographie cFactuel Voir la retranscription

Obsolescence programmée : les coupables

Epson, Apple, Samsung : ces entreprises, soupçonnées d’avoir délibérément réduit la durée d’usage de leurs produits, font aujourd’hui l’objet d’enquêtes en France ou en Italie.

Les conséquences de ce que l’on nomme “obsolescence programmée” sont connues : accumulation de déchets, pollution, surcoût pour le consommateur… Pourtant, il n’y a pas encore de définition claire de ce phénomène et pas de consensus sur la façon dont il faut lutter contre...

B1/ Pas une mais des obsolescences

“Depuis l’apparition du phénomène dans les années 20, l’obsolescence programmée s’est développé sous plusieurs formes, où le consommateur a parfois une part de responsabilité…”

Définition selon la loi française :

« L'ensemble des techniques par lesquelles un metteur sur le marché vise à réduire délibérément la durée de vie d'un produit pour en augmenter le taux de remplacement ».

1er cas d’obsolescence programmée : le “Cartel de Phoebus” :

En 1924, les plus grands fabricants d’ampoules dans le monde [General Electrics, Philips, Osram...] fondent conjointement une société : Phoebus.

Ceux qui commercialisent des ampoules avec une durée de vie supérieure à 1000 h devront s’acquitter d’une amende payée à Phoebus.

=> Officiellement, leur objectif était d’assurer la production d’ampoules de qualité car selon eux une plus grande durée de vie était synonyme d’un moins bon éclairage et de davantage de consommation.

Aujourd’hui, l’obsolescence programmée peut se retrouver dans 3 catégories :

Une pièce se casse, et tout l’appareil ne peut plus fonctionner. Il est impossible de réparer l’appareil, il doit être remplacé.

Ex : Les batteries des iPod de 1re, 2e et 3e générations n’étaient pas amovibles et avaient une durée de vie de 18 mois. Une fois la batterie cassée, la seule solution était d’acheter un nouvel iPod !

Un produit devient inutilisable car il n’est plus compatible avec les versions actuelles. Existe surtout en informatique.

Ex : Un nouveau système d'exploitation qui n’est compatible qu’avec les derniers modèles de smartphones.

Un objet est passé de mode, ou une version plus récente devient plus “attirante”. Il est jeté ou remplacé alors même qu’il est encore fonctionnel.

Ex : Chaque année, un nouveau FIFA sort, rendant “obsolète” celui de l’année précédente… bien qu’il soit encore totalement fonctionnel.

L’instant IKEA

Alors qu’il y a 50 ans, acheter du mobilier était un investissement, transmis aux générations suivantes, on achète aujourd’hui plutôt des produits qui ne sont pas faits pour durer (sans que les constructeurs ne fassent rien de moralement répréhensible)

=> On voit que dans cette 3e forme d’obsolescence, le consommateur a une part de responsabilité.

- Mais il n’est pas le seul ! Les sociétés qui commercialisent ces produits participent à constamment créer un besoin renouvelé chez le consommateur.



B2/ Lutter contre l’obsolescence programmée

“Les différents pays qui ont décidé de lutter contre l’obsolescence programmée n’ont pas tous choisi la même stratégie.”


France - Loi sur la transition énergétique, 2015

L’obsolescence programmée devient passible de 2 ans d’emprisonnement et d’une amende pouvant aller jusqu’à 5% du chiffre d’affaires de la société en tort.

Cette loi est une première en Europe mais certains doutent de l’efficacité d’une mesure punitive : il est en effet difficile de démontrer l’obsolescence programmée.

- Les poursuites à l’encontre d’Epson et Apple en France sont faites dans le cadre de cette loi : ces cas confirmeront ou infirmeront ce doute !

Pays-bas, Finlande

Ces pays imposent aux constructeurs des obligations de garanties étendues sur certains produits (notamment l’électroménager).

=> Ainsi, les sociétés sont incitées à conserver une durée de vie raisonnable

Suède

La TVA sur la réparation des vêtements, vélos et certains appareils d’électroménager est réduite.

=> Les consommateurs sont incités à réparer au lieu de remplacer.

La France est le 2e plus gros pollueur électronique du monde par habitant (21,3 kg de déchets /hab/an) après l’Allemagne, la problématique de l’obsolescence est donc cruciale.

Au-delà des mesures (incitatives et punitives) visant les sociétés, il semble donc fondamental de développer l’économie circulaire, privilégiant le recyclage et la réutilisation.

[Potentiellement un petit graphique sur l’économie circulaire si besoin]

Maxime Juramy

SOURCES

Centre européen de la consommation, L’obsolescence programmée ou les dérives de la société de consommation.

Le Monde, Obsolescence programmée : HOP, la petite association qui s’est attaquée à Apple et à Epson, 17/01/2018

France Info, Samsung et Apple visés par une enquête pour "obsolescence programmée" en Italie, 18/01/2018

Legifrance, LOI n° 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte - Article 99

Mashable, Obsolescence programmée : il est temps d’en finir avec le complotisme

Union internationale des télécommunications, The Global E-waste

Monitor 2017

Réduire
Ça vous a plu ? Envie d'accéder à tous nos contenus, sans limite ?
DEVENEZ PREMIUM !
TESTER UN MOIS GRATUITEMENT

Dans la catégorie "Société"


Vos réactions


PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 26/01/2018 à 17h26
Une partie de la solution réside aussi dans une conception plus durable et qui prend en compte les possibilités de rêparation et de recyclage... ce qui est assez rare à l'heure actuelle car en effet on préfère acheter/faire acheter le nouveau modèle.
PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 26/01/2018 à 08h32
"La solution passe majoritairement par le développement de l'économie circulaire". Je vous invite à étudier les résultats des travaux de M. Philippe Bihouix sur les limites de ce genre d'économie. Cela me fait penser que la solution se trouve partiellement dans l'économie circulaire mais essentiellement dans la résistance aux modes passagères, dans la sobriété technologique, dans une politique d'achat d'objets de qualités.
PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 24/01/2018 à 07h16
Ce sujet me fait pensé à un concept qui est désormais bien connu : le « slow food movement ». Il pourrait être intéressant de faire un article dessus ou de voir si un concept similaire pour la consommation de produits existe.
PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 24/01/2018 à 12h02
Bonjour Robin !

Un équivalent de ce mouvement pour les produits non-alimentaires, c'est peut-être la "décroissance", sur lequel nous avons d'ailleurs fait une infographie.
En tout cas, c'est un très bon réflexe de nous proposer une idée de sujet ! Nous le notons pour plus tard.

Bonne journée !