pixel facebook analytics
cFactuel, le média numérique qui rend l'actu claire et captivante
Fermer
Mot de passe oublié ?
Se connecter via Facebook
Pas encore de compte ? S'inscrire gratuitement
CONNEXION EN COURS
Afin de pouvoir vous connecter, vous devez au préalable confirmer votre adresse email en cliquant sur le lien présent dans l'email d'activation que nous vous avons envoyé suite à votre inscription.
Vous ne retrouvez pas cet email ? Cliquez ci-dessous pour le recevoir à nouveau. Et pensez à vérifier dans vos spams !
renvoyer l'email d'activation
Ajouter ce contenu à vos favoris Commenter ce contenu
1
Partager ce contenu via facebook Partager ce contenu via twitter Partager ce contenu sur google plus Partager ce contenu sur LinkedIn Épingler ce contenu Partager ce contenu par email
Quand Lafarge bétonnait sa présence en Syrie
7 Décembre 2017
Quand Lafarge bétonnait sa présence en Syrie - Une infographie cFactuel Voir la retranscription

Quand Lafarge bétonnait sa présence en Syrie

Le 1er décembre, 3 cadres de l’entreprise Lafarge ont été mis en examen dans le cadre d’une enquête pour “financement d’entreprise terroriste”.

NDLR :

Cette infographie dresse un état des lieux de l’affaire Lafarge dévoilée par Le Monde.

Une enquête judiciaire étant actuellement en cours, les faits présentés ici ne sont que présumés.

B1/ De qui parle-t-on ?

LafargeHolcim

=> Groupe franco-suisse

=> Leader mondial dans le secteur des matériaux de construction (ciment, béton...)

=> 115 000 employés

=> 30 Md€ de chiffre d’affaires

21 juin 2016 : Le Monde dévoile que l’entreprise aurait versé de l’argent à l’organisation terroriste Daech en 2013 et 2014.

B2/ Que s’est-il passé ?

2007 - Lafarge rachète la cimenterie en construction de Jalabiya (nord-est de la Syrie) à un groupe égyptien.

2010 - La cimenterie entre en fonction après 3 ans de travaux et 600 M€ d’investissement.

=> C’est le plus important investissement étranger en Syrie, hors secteur pétrolier.

=> Le site devient le plus important producteur de ciment du pays.

2011 - Une guerre civile éclate en Syrie.

=> Pour assurer le maintien de la production, la sécurité doit être assurée autour du site.

2011 - Début 2012 - La sécurité est assurée par l’armée syrienne.

Fin 2012 - Début 2013 - La sécurité est gérée par les combattants du YPG qui occupent la zone.

Ampoule :

Le YPG (Unites de Protection du Peuple) est le branche armée du Parti Démocratique Syrien (PYD). Ce sont des Kurdes dont l’objectif est l’autodétermination du Kurdistan syrien.

Mi 2013 - 19 septembre 2014 (fermeture du site) - Le site est dans une zone occupée par Daech.

=> Pour poursuivre son activité, la cimenterie doit obtenir des autorisations de circuler de la part de l’Etat islamique :

1/ Pour le personnel

2/ Pour les matières premières

3/ Pour les produits finis (ciment)

Le saviez-vous ?

Après le départ du personnel suite à l’occupation de l’usine par Daech, ces derniers vont proposer à l’entreprise de continuer l’activité.

Un intermédiaire va même se rendre au siège parisien de l’entreprise le 7 janvier 2015, le jour des attentats de Charlie.

Selon Le Monde, la société refusera systématiquement de reprendre des activités à Jalabiya à partir du 19 septembre 2014.

B3/ Le fonctionnement sous Daech

“Pour continuer à produire durant le conflit, l’entreprise a cherché à garantir sa liberté de circulation.”

Mat.1re

zone kurde

^

logement employés ⇔ Cimenterie ⇔ Pétrole

(65km) EI

Manbij

v

ciment vers toute la syrie

=> Lafarge charge des intermédiaires d’obtenir des laisser-passer contre de fortes sommes d’argent.

=> Lafarge s’approvisionne auprès des différents belligérants (Kurdes et Daech).

Ce fonctionnement s’appuie principalement sur deux axes routiers :

Voir carte https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/52/Map_of_the_Syrian_Civil_War%2C_January_2014.jpg

B4/ Le point sur l’enquête

La justice cherche à obtenir des informations sur deux points :

Les personnes mises en examen :

Ils sont soupçonnés de :

« financement d'une entreprise terroriste », « violation du règlement européen » concernant l'embargo sur le pétrole syrien et « mise en danger de la vie d'autrui »

Sources :

Le Monde, Premières gardes à vue de cadres de Lafarge, soupçonné de financement d’entreprise terroriste, 29 novembre 2017

Le Monde, Syrie : les troubles arrangements de Lafarge avec l’Etat islamique, 21 juin 2016

Le Monde, Lafarge en Syrie : questions autour des responsables, 22 septembre 2017

LafargeHolcim

Les Echos, Trois mises en examen dans le dossier Lafarge en Syrie, 1er décembre 2017

Réduire
Ça vous a plu ? Envie d'accéder à tous nos contenus, sans limite ?
DEVENEZ PREMIUM !
TESTER UN MOIS GRATUITEMENT

Cette semaine sur cFactuel


Dans la catégorie "Société"


Vos réactions


PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 07/12/2017 à 11h56
Sujet brûlant.. .si cela s avéré réel.. ils méritent la prison...merci de poursuivre ce sujet
PUBLIER LE COMMENTAIRE