pixel facebook analytics
cFactuel, le média numérique qui rend l'actu claire et captivante
Fermer
Mot de passe oublié ?
Se connecter via Facebook
Pas encore de compte ? S'inscrire gratuitement
CONNEXION EN COURS
Afin de pouvoir vous connecter, vous devez au préalable confirmer votre adresse email en cliquant sur le lien présent dans l'email d'activation que nous vous avons envoyé suite à votre inscription.
Vous ne retrouvez pas cet email ? Cliquez ci-dessous pour le recevoir à nouveau. Et pensez à vérifier dans vos spams !
renvoyer l'email d'activation
Ajouter ce contenu à vos favoris Commenter ce contenu
5
Partager ce contenu via facebook Partager ce contenu via twitter Partager ce contenu sur google plus Partager ce contenu sur LinkedIn Épingler ce contenu Partager ce contenu par email
GM&S : Une affaire d'Etat
26 Juillet 2017
GM&S : Une affaire d'Etat - Une infographie cFactuel Voir la retranscription

GM&S Industry, une affaire d'Etat ?


Contexte : Le tribunal de commerce de Poitier a reporté d'une semaine sa décision sur le sort de GM&S. C'est donc le 31 juillet que les salariés devraient savoir si la liquidation judiciaire se poursuit ou si l'offre de reprise partielle est acceptée.


GM&S en quelques points


Redressement judiciaire

Le 2 décembre 2012, le Tribunal de Commerce de Poitier met GM&S en redressement judiciaire. C'est-à-dire que l'entreprise ne peut plus payer ses dettes mais le tribunal lui laisse un délai de six mois pour améliorer sa situation et trouver un repreneur.


  1. Pourquoi mauvaise santé ?
    1. Mauvaise Gestion

> 35-45 millions d'euros : c'est le montant des commandes nécessaires pour que l'entreprise soit viable. OR en 2015 les revenus de l'entreprise étaient de 26 millions d'euros

> Enquête en cours pour escroquerie et abus de biens sociaux de la part d'Altia, ancien propriétaire de GM&S (2009-2014)

  1. Crise économique de 2008

> Elle touche de plein fouet le secteur de l'automobile :

A elles deux ce sont plus de 18 000 emplois qui sont supprimés dans leurs usines.


Et cette chute des ventes se répercute également sur les commandes des constructeurs auprès de leurs sous-traitants dont GM&S.


  1. Fonctionnement des sous-traitant

> C'est quoi un sous-traitant ? C'est lorsqu'une entreprise va confier une ou plusieurs de ses opérations de production à des entreprises spécialisées.

> Problème : un sous-traitant dépend donc de la santé ou du bon vouloir de ses entreprises-clientes appelées des « donneurs d'ordre ».

> GM&S : Renault et PSA sont ses principaux clients (64% du chiffre d'affaire de l'entreprise) OR avec la crise ils ont baissé leurs commandes, provoquant une chute des revenus de GM&S


L’État s'en mêle

A) Les salariés aux abois

Réunion organisée au Ministère de l'Economie avec les représentants des constructeurs et représentants syndicaux de GM&S

Echec des négociations.

Les salariés menacent de faire exploser l'entreprise avec des bonbonnes de gaz qu'ils ont attachées aux cuves d'azote liquide si une solution n'est pas trouvée.

Face à cette crise, Bruno Le Maire, tout juste nommé ministre de l'Economie (2 jours auparavant), prend en charge le dossier.


B) Comment l'Etat intervient



Conversation :

> Mais en 2014, 175 000 personnes se sont inscrites à Pôle Emploi pour licenciement économique, alors pourquoi l'État veut-il absolument sauver une entreprise de 277 salariés ?

> C'est surtout pour des raisons politiques. La menace de « faire sauter l'usine » a été très médiatisée et l'affaire est devenue nationale. L'État a donc décidé d'intervenir. En plus c'est le premier gros dossier social d'Emmanuel Macron en tant que nouveau président.


Pour aller plus loin : L’État peut aussi intervenir pour des raisons stratégiques. C’était le cas pour Areva, géant de l'industrie nucléaire français. L'énergie nucléaire représentait plus de 400 000 emplois et 2% du PIB, il était donc impératif de sauver cette entreprise pour la bonne santé de l'économie française.



Aujourd'hui l'Etat continue d'intervenir dans certaines négociations. De l'État Providence avec ses entreprises nationalisées, il a basculé dans les années 1980 à un État actionnaire. Il reste cependant influent dans les secteurs d'activité où il a gardé une partie du capital, ou lorsque les enjeux prennent une ampleur nationale.


Réduire
Ça vous a plu ? Envie de soutenir le développement d'un média indépendant ?
DEVENEZ PREMIUM !
TESTER UN MOIS GRATUITEMENT

Sur le même thème


Cette semaine sur cFactuel


Dans la catégorie "Économie"


Vos réactions


PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 27/07/2017 à 09h11
Jeu dangereux...pourquoi ne pas sauver d autres entreprises en difficulté.. .l état c est nous alors pourquoi ne pas faire payer les actionnaires qui ont bénéficié de l argent de l entreprise c est valable pour beaucoup de gros actionnaires qui se dérobent quand tout va mal..
Pensée du jour
PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 26/07/2017 à 12h18
175000 personnes ont été licencié en une seule fois?
PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 26/07/2017 à 12h33
Bonjour Robin,
Non, il n'y pas eu 175000 suppressions d'emplois en une seule fois. Ce chiffre correspond au nombre total de licenciements économiques recensés en France en 2014. Nous avons fait le choix de l'indiquer pour mettre en perspective les enjeux qui se jouent à GM&S par rapport à la lutte contre le chômage à l'échelle du pays. En clair, personne ne critiquera une action permettant de sauver quelques dizaines emplois, mais la communication faite sur cette action (et la médiatisation qui en découle) ne doit pas être l'arbre qui cache la forêt.
Le 26/07/2017 à 07h53
À quoi correspondent les 175000 inscriptions à pôle emploi de 2014?
PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 26/07/2017 à 09h02
Bonjour Robin, je sais pas si ça répond à votre question, mais ce chiffre indique qu'en 2014, il y a eu 175000 personnes en France qui se sont retrouvées au chômage suite à des licenciements économiques !