pixel facebook analytics
cFactuel vit ses derniers instants... Le 1000è sujet sera publié le 2 février, et sera le dernier :( Merci à tous de nous avoir suivis !
Mot de passe oublié ?
Se connecter via Facebook
Pas encore de compte ? S'inscrire gratuitement
CONNEXION EN COURS
Afin de pouvoir vous connecter, vous devez au préalable confirmer votre adresse email en cliquant sur le lien présent dans l'email d'activation que nous vous avons envoyé suite à votre inscription.
Vous ne retrouvez pas cet email ? Cliquez ci-dessous pour le recevoir à nouveau. Et pensez à vérifier dans vos spams !
renvoyer l'email d'activation
Ajouter ce contenu à vos favoris
Le retour du protectionnisme
3 Février 2017
Voir la retranscription

Le protectionnisme à la mode

Bientôt la fin du libre-échange…

Depuis le LEAVE des Britanniques qui ont choisi de sortir de l’UE et … au passage de son marché ouvert. Mais surtout depuis l’élection de Trump, le protectionnisme s’affiche partout. Il serait LA solution aux problèmes d’emplois et de pouvoir d’achat.

Mais attend, le protectionnisme, qu’est-ce que c’est ?

Eh bien c’est une théorie économique qui a pour objectif de réduire, voire d’empêcher, l’entrée sur le territoire national de produits d’origine étrangère.

En clair, si l’État interdit l’importation de frigo en France, on a deux solutions :

L’État n’est pas obligé d’interdire l’importation. Il peut se contenter d’imposer des taxes sur les importations de frigo. Elles feront augmenter le prix des produits chinois ou allemands et offriront un avantage aux entreprises tricolores.

Cela s’appelle des droits de douane.

C’est ni plus ni moins ce que Trump souhaite mettre en place. Mais pas uniquement sur les réfrigérateurs.

Le problème, c’est que nous vivons aujourd’hui dans une économie mondialisée. Ça ne veut pas dire qu’il n’y a plus de droit de douane ou d’interdiction, mais il y en a très peu et ils sont faibles.

En moyenne les droits de douane ne sont que de 2,9% de l’autre côté de l’Atlantique et de 1,6 % en France (2012). Ils étaient de 4,1% et 3,9% en 1996

Imaginons maintenant qu’un pays décide de fixer des droits de douane à 30% sur les importations de voitures. Eh bien, les autres pays, en rétorsion, feront de même sur ses propres voitures.

Au final, les entreprises ne pourront plus compter sur leurs exportations et devront miser sur les consommateurs nationaux. Les pertes seront donc importantes pour tout le monde.

Par contre, un grand pays avec une forte demande intérieure s’en sortira mieux qu’un petit pays en développement. Et c’est bien là-dessus que mise Trump.

Personne ne voudra renoncer à faire du commerce avec les US… Même s’ils augmentent les taxes. En revanche, l’équation sera plus compliquée pour les Britanniques et le pari beaucoup plus risqué.

Sources :

Banque Mondiale

Les Echos, Europe - Etats-Unis : les droits de douane sont sur la table

Les Echos, Vers un nouveau protectionnisme ?

La Tribune, Le retour du protectionnisme renforce la globalisation financière

Les Echos, Etats-Unis : la dégradation de la balance commerciale conforte le protectionnisme de Trump

Le Temps, Donald Trump expérimente le protectionnisme fiscal

Le Monde, Le protectionnisme de Trump s’appuie sur une vision dépassée de l’économie

Telos, Les Etats-Unis de Trump, puissance révisionniste

Réduire
Partager ce contenu via facebook Partager ce contenu via twitter Partager ce contenu sur google plus Partager ce contenu sur LinkedIn Épingler ce contenu Partager ce contenu par email
Ça vous a plu ? Envie d'accéder à tous nos contenus, sans limite ?
DEVENEZ PREMIUM !
TESTER UN MOIS GRATUITEMENT

Sur le même thème


résultats du sondage
341 participants

Êtes-vous favorable à plus de protectionnisme en France ?

Oui
30%
Non
53%
Je n'ai pas d'opinion
17%

Dans la catégorie "vidéos"


Vos réactions


PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 27/01/2018 à 10h04
La vidéo, bien qu'elle explique le protectionnisme, ne semble pas répondre à la question du pourquoi les mesures de Trump entraîneront des pertes d'emplois..
PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 28/01/2018 à 12h20
Bonjour Romain,

Les effets sur l'emploi sont en réalité difficiles à prédire car très indirects. Tous les économistes ne sont pas d'accord. Par exemple, le fait que les USA sortent des accords commerciaux internationaux est censé protéger les entreprises américaines des concurrents étrangers, mais cela les handicape aussi sur les marchés extérieurs. Et si une entreprise ne se développe pas, cela n'est pas bon pour l'emploi !
Une telle politique est néanmoins plus facilement tenable pour un pays comme les USA qui a un marché intérieur important.
Bonne journée à vous.