pixel facebook analytics
cFactuel, le média numérique qui rend l'actu claire et captivante
Fermer
Mot de passe oublié ?
Se connecter via Facebook
Pas encore de compte ? S'inscrire gratuitement
CONNEXION EN COURS
Afin de pouvoir vous connecter, vous devez au préalable confirmer votre adresse email en cliquant sur le lien présent dans l'email d'activation que nous vous avons envoyé suite à votre inscription.
Vous ne retrouvez pas cet email ? Cliquez ci-dessous pour le recevoir à nouveau. Et pensez à vérifier dans vos spams !
renvoyer l'email d'activation
Ajouter ce contenu à vos favoris Commenter ce contenu
5
Participer au sondage lié à ce contenu
Partager ce contenu via facebook Partager ce contenu via twitter Partager ce contenu sur google plus Partager ce contenu sur LinkedIn Épingler ce contenu Partager ce contenu par email
Banlieues : 40 ans d'exclusion
17 Février 2017
Banlieues : 40 ans d'exclusion - Une infographie cFactuel Voir la retranscription

Banlieue : 40 ans d’exclusion

Bloc 1 : Contexte

Du 7 au 13 février

Des voitures sont incendiées et des bâtiments publics détériorés par des manifestants protestant contre les violences policières.

200 voitures incendiées - 108 interpellations

Cette flambée de violences fait suite au viol présumé d’un individu lors de son interpellation à Aulnay-sous-Bois, dans la banlieue parisienne.

Bloc 2 : 35 ans de violence

« Les violences, consécutives au viol présumé d’un jeune homme par la police, le 2 février, exprime un ras-le-bol des habitants de banlieue apparu dès 1981. »

-1981, Les Minguettes (banlieue de Lyon OU Rhône) :

oQuoi ? Affrontements entre la police et des habitants du quartier

oConséquences : 200 voitures brulées
LSV : des incidents sont relevés dès 1979, mais c’est aux Minguettes que le problème des banlieuse apparaît au grand jour. C’est aussi lors de cet événement qu’un ministre (Gaston Deferre) réagit publiquement pour la première fois.

-1990, Vaulx-en-Velin (banlieue de Lyon OU Rhône):

oQuoi ? Émeutes après la mort d’un motard dans un accident avec une voiture de police

oConséquences : Centre commercial incendié et pillé, bâtiments publics endommagés

-2005, France

oQuoi ? Emeutes après le décès accidentel de 2 jeunes de Clichy-sous-Bois poursuivis par la police

oConséquences : Déclaration de l’Etat d’urgence. 2 morts, 56 policiers blessés, 3.000 interpellations et 9.000 véhicules incendiés.

-2017, Banlieue parisienne

Bloc 3 : La banlieue et la France

« Derrière la question sécuritaire, la banlieue concentre de nombreux problèmes sociétaux qui expliquent les flambées de violences. »

Chômage

2,3 : le taux de chômage est 2,3 fois plus élevé en ZUS.

LSV : Les ZUS, ou Zones Urbaines Sensibles sont les cibles prioritaires de la politique de la ville par les pouvoirs publics.

Taux de chômage :

Chiffres de 2013, taux de chômage selon l’âge

Logement

Part des ménages locataires en HLM

France entière : 58,1%

ZUS : 13,8%

Part d’allocataires CAF (Logement)

France entière : 54,4%

ZUS : 74,4%

Mixité

Part des étrangers dans la population totale :

Quartiers sensibles: 18,6%

France: 6,4%

École

Taux de scolarisation des 16-24 ans

Quartiers sensibles: 53%

France: 60%

Bloc 4 : L’échec des politiques publiques

« Des plans banlieue sont régulièrement adoptés après les révoltes urbaines. Ils ont pour objectif d’améliorer les conditions de vie dans les quartiers sensibles. »

Entre 1977 et 2013, une dizaine de plans banlieue se sont traduits principalement à travers trois types de politique publique :

-Rénovation :

20% : La loi d'orientation pour la ville de 1991 impose aux communes de plus de 200 000 habitants d’avoir au moins 20 % de logements sociaux.

47 Md€ : C’est le montant total des deux programmes nationaux pour la rénovation urbaine mis en place en 2003 et 2014. Ils sont pilotés par l’ANRU (Agence nationale de la rénovation urbaine)

-Économie/emploi :

1Md€ : C’est l’enveloppe du plan «espoir banlieue» qui vise à réduire le chômage chez les jeunes de moins de 26 ans dans les quartiers en difficulté.

Plan Ayrault : Ce dispositif de 2013 incite les entreprises à employer des jeunes non diplômés (emplois d’avenir)

-Éducation :

L’Opération «École ouverte» en 1997 permet d’accueillir les jeunes des quartiers difficiles l'été.

Pour aller plus loin

La mise en place de ces politiques publiques s’est faite en ciblant des zones géographiques spécifiques : les ZEP (aujourd’hui REP) pour l’éducation, les ZUS pour la rénovation et le développement économique ou encore les ZSP pour le volet sécuritaire.

-Et est-ce que ces politiques ont atteint leur objectif ?

-Non, les chiffres confirment que ce n’est pas le cas

-Les flambées de violence dans les banlieues illustrent que le problème de l’exclusion des banlieues n’est pas résolu.

SOURCES :

Le Parisien, Banlieues : comment éteindre le feu ?

Le Parisien, Chronologie de 3 semaines d’émeutes

Wikipédia, émeutes urbaines françaises

Observatoire national de la politique de la ville, rapport 2015

Le Dauphiné, Quand la banlieue entre en campagne…

L’Opinion, 10 ans après les émeutes de Clichy, l’état des lieux préoccupant des cités

Europe 1, Les présidents et la banlieue, 30 ans de politique et de... renoncement

Le Figaro, 40 ans de plan banlieue

La Croix, 1977-2017, quarante ans de « plans » pour les banlieues

Le Monde, Trente ans d’échecs de la politique de la ville
Ouest France, ZUS, ZEP, CUCS… Quatre décennies de politique de la Ville

Réduire
Ça vous a plu ? Envie d'accéder à tous nos contenus, sans limite ?
DEVENEZ PREMIUM !
TESTER UN MOIS GRATUITEMENT

Sur le même thème


résultats du sondage
498 participants

Pour les banlieues, l'Etat doit-il mettre l'accent sur :

La sécurité
22%
L'économie et l'emploi
70%
L'habitat
7%
Poursuivre la politique actuelle
1%

Cette semaine sur cFactuel


Dans la catégorie "Société"


Vos réactions


PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 17/02/2017 à 21h16
Le droit de manifester, oui ! Le droit de casser, non ! Le contexte est difficile mais je suis persuadé que la violence ne permettra pas de faire émerger des solutions plus rapidement. Bien au contraire, on se voit obligé de prêter trop d'attention à ces actes aujourd'hui.
PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 18/02/2017 à 09h21
je comprends mais dire que c'est un fait divers c'est de la profonde ignorance...
Le 17/02/2017 à 09h56
votre comentaire releve de votre ignorance la plus profonde... abstenez vous la prochaine cela evitera que vous soyez tourné en ridicule
PUBLIER LE COMMENTAIRE
Le 18/02/2017 à 11h23
être sage (wise) veut dire ne pas faire de procès d'intention. Personne n'a dit que c'était un fait divers.
Par contre gérer le problème avec les images chocs en prime time et l'émotion n'a conduit qu'aux décisions politiques de court termes depuis 30 ans...
Le 17/02/2017 à 09h00
Les voitures sont incendiées et les biens publics sont détériorés parce que c'est drôle ; c'est tout. Fabriquer le chaos est ludique et le fait divers policier du jour n'est qu'un simple prétexte pour tout détruire et casser la monotonie d'une journée vide.
PUBLIER LE COMMENTAIRE