pixel facebook analytics
cFactuel, le média numérique qui rend l'actu claire et captivante
Fermer
Mot de passe oublié ?
Se connecter via Facebook
Pas encore de compte ? S'inscrire gratuitement
CONNEXION EN COURS
Afin de pouvoir vous connecter, vous devez au préalable confirmer votre adresse email en cliquant sur le lien présent dans l'email d'activation que nous vous avons envoyé suite à votre inscription.
Vous ne retrouvez pas cet email ? Cliquez ci-dessous pour le recevoir à nouveau. Et pensez à vérifier dans vos spams !
renvoyer l'email d'activation
Ajouter ce contenu à vos favoris Commenter ce contenu
0
Participer au sondage lié à ce contenu
Partager ce contenu via facebook Partager ce contenu via twitter Partager ce contenu sur google plus Partager ce contenu sur LinkedIn Épingler ce contenu Partager ce contenu par email
Pollution : pourquoi Paris et Lyon étouffent ?
12 Décembre 2016
Pollution : pourquoi Paris et Lyon étouffent ? - Une infographie cFactuel Voir la retranscription

Pics de pollution

Les révélations qui font tousser

Bloc 1 : Les faits (Sources : Prév’air)

Paris puis Lyon ont eu recours, la semaine dernière, à la circulation alternée. Cette mesure interdit 1 jour sur 2 la circulation à la moitié des véhicules, en fonction de leur numéro de plaque (pair ou impair)

Cette mesure vise à réduire la circulation alors que ces villes connaissent un important pic de pollution.

A Paris, c’est la 1re fois que la circulation alternée a duré plus d’un jour.

C’est seulement la 4e fois depuis 20 ans que cette mesure est prise, et la toute première fois dans une ville autre que Paris.

Bloc 2 : Pic de pollution (Ministère de l’environnement, francetv info, Le Monde)

Un pic de pollution se caractérise par une quantité trop élevée d’un ou de plusieurs polluants dans l’air, qui peuvent présenter un risque pour la santé et l’environnement. Les principaux polluants de l’air sont l’ozone (O3), le dioxyde d’azote (NO2) et les particules fines (PMx).

Plus de la moitié des oxydes d’azote (54%) proviennent du trafic routier.

=>Transport routier (54%), Industrie manufacturière (13%), résidentiel tertiaire (10%), Agriculture/sylviculture (10%), transformation d’énergie (8%), autre (5%).

48 % des particules fines PM2,5 sont émises par le secteur résidentiel-tertiaire (habitations, bureaux…).

=>Résidentiel tertiaire (48%), Industrie manufacturière (22%), transport routier (17%), Agriculture/sylviculture (9%), autre (4%).

Les particules PM2,5 sont parmi les plus fines (leur diamètre est inférieur à 2,5 microns) et donc les plus dangereuses pour la santé.

Le secteur industriel est responsable de 84% des émissions de soufre (SO2).

Le saviez-vous ? Airparif a publié en 2011 une étude réalisée à partir des relevés de PM 2.5 effectués à proximité du périphérique parisien. Résultat : seule 60% de la pollution est une production locale (40% venant du trafic routier). Le reste est donc importé de régions voisines ou d'autres pays européens. Notamment l’Allemagne qui concentre 40% des centrales à charbon d’Europe.

Bloc 3 : Pic d’été et pic d’hiver (Airparif, le Monde, environnement.brussels)

« Les pics de pollution sont favorisés en période anticyclonique, lorsqu’il y a peu ou pas de vent. »

L’Hiver :

La formation d'un véritable nuage jaunâtre lors d’épisodes anticycloniques s'explique de la manière suivante :

1) La nuit, le sol refroidit plus rapidement que l'air.

2) En journée, lorsqu'il fait beau, l’air se réchauffe à basse altitude, mais reste froid au contact du sol (à cause de son inertie thermique). Comme l’air est froid à haute altitude, une zone d’air chaud à 200 ou 300 m d’altitude se crée et forme une sorte de couvercle. Les particules émises au sol y montent, puis s’y retrouvent bloquées à cause de l’absence de vent.

L’été :

Sous l’action du soleil et de la chaleur, les microparticules et les oxydes d’azote se transforment en ozone. La concentration d’ozone devient alors très importante, on parle donc de pic d’ozone.

Bloc 4 : les mesures

« En cas d’épisode de pollution, le préfet dispose d’un panel de mesures qu’il peut appliquer, notamment dans les transports, l’industrie et le secteur résidentiel tertiaire. »

Dans les transports :

Dans l’industrie :

Dans le secteur résidentiel tertiaire :

Pour aller plus loin : Les restrictions de circulation ont un impact faible dans le cas d’une pollution à l’Ozone. En effet, c’est l’accumulation de gaz les semaines précédentes qui, associée à des conditions météo anticycloniques, entraîne le pic de pollution. Seules les mesures de prévention dans la durée permettent de lutter contre ces épisodes.

Réduire
Ça vous a plu ? Envie de soutenir le développement d'un média indépendant ?
DEVENEZ PREMIUM !
TESTER UN MOIS GRATUITEMENT

Sur le même thème


résultats du sondage
285 participants

Pensez-vous que la circulation alternée soit une mesure adaptée pour enrayer les pics de pollution ?

Oui
43%
Non
47%
Je n'ai pas d'opinion
10%

Cette semaine sur cFactuel


Dans la catégorie "Planète"


Vos réactions


PUBLIER LE COMMENTAIRE