pixel facebook analytics
Ne suivez plus l'actu Comprenez la !
Newsletter

Athènes devrait recevoir plus de 10 milliards d'euros d'aide dans les mois à venir. Une aide indispensable pour sauver le pays. C'est le dernier épisode en date d'une longue série de plans de sauvetage. Explications.

Retranscription PARTAGEZ CE CONTENU

La dette grecque

Thérapies de choc

Bloc 1 : Le contexte (Le monde, Libération)

Le 25 mai 2016, les pays de la zone euro s’accordent sur le déblocage de 10,3 milliards d'euros de nouveaux prêts à la Grèce.

Ils ont également validé l’idée d’un allègement de la dette grecque.

« Ok, avant de rappeler ce qu’il s’est passé depuis 2010, faisons un tour des principaux acteurs et mécanismes en jeu. »

Bloc 2 : Les acteurs (sources : Les Echos, francetvinfo.fr, lemonde, France culture)

« La Grèce a principalement été aidée par 2 acteurs dans la crise financière : l’Union Européenne et le FMI. »

Etat grec :

Avec une dette de 180% de son PIB (soit 320 Md€) l’Etat grec est très dépendant de ces créanciers, qui lui ont imposé de faire voter des mesures d’austérité (hausse de la TVA, création d’une taxe sur l’hôtellerie, ventes d’actifs publics …) pour valider ce dernier prêt de 10,3 Md€.

« Au fait, le PIB, c’est la richesse créée à l’intérieur du territoire par l’ensemble de ses acteurs économiques. »

FMI :

Fonds Monétaire International

Institution qui a pour fonction de garantir la stabilité du système monétaire international, en particulier le cours des devises, et d’assurer la gestion des crises monétaires et financières.

Pour cela, il fournit des crédits aux pays qui connaissent des difficultés à rembourser des emprunts.

Le FMI a participé au sauvetage de la Grèce à hauteur de 32 Md€, ce qui est la plus grosse aide jamais fournie par le FMI à ce jour.

UE :

L’Union Européenne aide la Grèce de plusieurs façons.

- Prêts des états membres à hauteur de 53Md€

- Mécanisme Européen de Stabilité (MES) à hauteur de 142Md€

« La Banque Centrale Européenne est intervenue pour aider la Grèce en 2010, intervention critiquée car elle ne correspond pas à la mission initiale de la BCE : la gestion de la monnaie « euro ». »

Le cas du MES

Créé en 2012 pour rassembler 2 outils existants, il a pour objectif d’aider les pays de la zone euro en difficultés financières.

  • -700 Md€ mobilisables auprès des états de la zone euro
  • -Participation des états à hauteur de leur PIB et de leur population
  • -Pilotage par les ministres des finances de la zone euro

Bloc 3 : La mécanique (sources : Le Monde, France Info, touteleurope.eu, les echos)

« Au sein de la zone euro, le FMI, le MES et les états peuvent soutenir de différentes façons un pays en crise financière. »

En situation normale, l’Etat grec emprunte sur les marchés financiers.

Lorsque la situation financière se dégrade, les taux d’emprunt augmentent.

En cas de crise financière, d’autres acteurs interviennent en disposant de 3 outils : le prêt à taux réduit, la garantie de prêt et le rachat de dette.

Le prêt à taux réduit :

Les états membres, le MES et le FMI assurent des prêts à bas taux à l’Etat.

La garantie-caution :

Le MES assure le rôle de garantie ou caution auprès des marchés financiers pour permettre à la Grèce d’obtenir des taux raisonnables.

Le rachat de dette :

Le MES peut racheter des titres de dette aux marchés financiers, pour assouplir les conditions de remboursement de ces dettes.

FMI – MES : « En contrepartie de ces aides, nous exigeons des mesures d’assainissement de l’économie du pays. »

« Oui, ces mesures ont permis de réduire le déficit de l’Etat, mais ont participé à la chute du PIB et à la hausse du chômage, comme un économiste en chef du FMI l’a concédé. »

Bloc 4 : Rappel des faits (sources : Le Parisien, Le Figaro, La Tribune)

« La crise de la dette grecque a débuté en 2010 et a subi depuis de nombreux rebondissements. »

23 avril 2010 : En crise financière, la Grèce demande une aide au FMI et à l'UE.

2 mai 2010 : un accord de 110 Md€ sur trois ans (UE : 80 Md€ / FMI : 30 Md€) est trouvé, en l’échange de mesures d’austérité.

27 octobre 2011 : un deuxième plan de sauvetage est élaboré, combinant prêt (130 Md€) et effacement partiel (50%) de la dette des banques privées, contre de nouvelles mesures, adoptées en février 2012.

25 janvier 2015 : Syriza (gauche radicale), dirigé par Alexis Tsipras, remporte les élections législatives en promettant de renégocier le plan de sauvetage et de mettre fin à la politique d'austérité.

13 juillet 2015 : troisième plan d'aide de 86 Md€ adopté. Malgré ses promesses, Tsipras lâche sur énormément de points (hausse de la TVA, privatisations,...) face à la pression de l’UE.

25 mai 2016 : le versement d’une nouvelle tranche d’aide lié au plan signé en juillet 2015 par les membres de la zone euro est validé. Le FMI n’y participe pas car la restructuration immédiate de la dette grecque (baisse des taux, réduction de la valeur, durée de remboursement,…) lui parait insuffisante.


SONDAGE

icone sondage

UN RETOUR À NOUS PARTAGER ?

icone commenter le sujet

Ce commentaire restera strictement confidentiel, et ne sera adressé qu'à l'équipe cFactuel.

Envoyer ce commentaire
Envoi en cours... envoi de votre message en cours...

Votre commentaire a bien été envoyé.

L'équipe cFactuel vous remercie pour ce précieux retour !

fermer la fenêtre Complétez votre profil !

EN COMPLÉTANT

VOTRE PROFIL

JE COMPLÈTE MON PROFIL !
fermer la fenêtre inscrivez-vous à notre newsletter !

INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE

NEWSLETTER

Promis, pas plus d'une par mois !

JE M'INSCRIS !
veuillez patienter... Traitement en cours
Votre inscription a bien été prise en compte !
À très bientôt dans votre boîte mail :)
fermer la fenêtre confiez-nous la réalisation de vos infographies et vidéos !

NOUS RÉALISONS VOS

INFOGRAPHIES ET VIDÉOS

JE CONTACTE CFACTUEL
ENVOYER CE MESSAGE À L'ÉQUIPE CFACTUEL
Traitement en cours
veuillez patienter...
Nous avons bien reçu votre demande !
Nous tâcherons de vous répondre dans les meilleurs délais.